Art et propagande : le design graphique soviétique

30/06/17 à 10:34 - Mise à jour à 10:33

Le musée du design bruxellois ADAM accueille jusqu'au 8 octobre une intéressante exposition sur la production graphique soviétique révolutionnaire de l'entre-deux-guerres.

Art et propagande : le design graphique soviétique

C'est le Musée du Design de Moscou, fondé en 2012, qui prête à son équivalent bruxellois, l'ADAM, les pièces de l'exposition The Paper Revolution. Soviet Graphic Design And Constructivism (1920-1930's). De fait, dès la révolution menée à l'automne 1917, le pouvoir communiste, ayant renversé le régime tsariste, a besoin d'un outil de propagande. Face à l'analphabétisme d'une large partie de la population paysanne et ouvrière, la trouvaille est de véhiculer la nouvelle idéologie soviétique de manière plus visuelle que lettrée. Ce sera le " triomphe de la typographie " où la richesse des polices de caractère donne naissance au constructivisme : les signes comme les flèches, la ponctuation, le soulignement, le caractère gras, etc. forment dès lors une sémantique plus facile d'accès.

Le medium devient donc le message. Comme le réalise l'autre pratique, celle du photomontage dont le modèle est de " procéder à l'assemblage des images de la même manière que les voitures le sont sur les chaînes de production des usines ". Là aussi, le talent des metteurs en page comme celui des photographes sert d'abord le dessein politique, via de simples magazines papier sans fioriture largement distribués aux populations mais parfois également, dans de véritables ouvrages d'art glorifiant l'Etat bolchévique, luxueusement imprimés et reliés pour un public privilégié, celui des dignitaires locaux et étrangers. Qui à défaut d'être toujours impressionnés par la réalité révolutionnaire - rareté des biens, pauvreté et répression - le seront plus volontiers par leur mise en scène graphique, qui paraît encore étonnante et imaginative à l'âge de la digitalisation généralisée et du trucage numérique sophistiqué.

" The Paper Revolution " à l'ADAM à Bruxelles jusqu'au 8 octobre, www.adamuseum.be