Canon se retire de l'Ipex, David Preskett aussi

11/03/13 à 00:00 - Mise à jour à 10/03/13 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

Canon a déclaré forfait à son tour pour l'Ipex, qui doit se tenir en mars 2014 à Londres. David Preskett, directeur de l'impression professionnelle de Canon Europe, qui était aussi président de l'Ipex 2014, a démissionné du salon.

Canon se retire de l'Ipex, David Preskett aussi

" Cela n'a pas été une décision facile ", a commenté Patrick Chapuis, directeur du groupe Production Printing Group de Canon Europe. M. Chapuis a affirmé que Canon continuerait à s'intéresser aux événements industriels en Europe, en fonction de leur pertinence par rapport à ses propres projets, tout en investissant dans son propre réseau de show-rooms et d'événements centrés sur ses clients.

Le renoncement du fabricant japonais intervient après ceux d'autres grands noms du secteur, au fil des derniers mois : tour à tour Heidelberg, Komori, HP, Agfa, Xerox, Landa et Kodak s'étaient déjà retirés, tandis que manroland et KBA ne se sont jamais inscrits.

L'Ipex 2014 est-elle cette fois menacée ? Le mois dernier, les organisateurs du salon londonien avaient annoncé une nouvelle formule, plus courte, misant davantage sur les nouveaux médias. Mais le forfait de Canon est un nouveau coup dur, qui les prive de leur deuxième exposant en termes de surface, avec 2.000 m² réservés (juste derrière Konica Minolta). Dans la foulée, il a entraîné la démission du président de l'Ipex David Preskett, directeur du programme graphique de Canon Europe.

Informa Exhibition, organisateur du salon, laisse planer le doute dans un communiqué : " L'Ipex a fait partie intégrante de l'industrie graphique internationale pendant plus de cent ans ; c'est pourquoi nous ne voulons pas compromettre la crédibilité de cette marque. Nous collaborerons avec toutes les parties prenantes pour déterminer le rôle que doit jouer l'Ipex (...). Suite à ces consultations, nous publierons rapidement un communiqué concernant l'orientation future de l'Ipex. " À suivre, donc...

En savoir plus sur: