Ce que l'iPhone X nous apprend à propos de l'avenir du smartphone

15/09/17 à 10:51 - Mise à jour à 10:50

L'iPhone X ne se caractérise guère par des avancées technologiques, même on ne les retrouve pas non plus dans d'autres appareils haut de gamme. Il n'empêche que le statut de l'iPhone X exercera une forte influence sur ce que sera le smartphone du futur. L'une de ces caractéristiques est l'importance croissante de l'appareil photo frontal, qui est aussi utilisé pour la reconnaissance du visage et pour l'enregistrement d''animoji'.

Ce que l'iPhone X nous apprend à propos de l'avenir du smartphone

La présentation des nouveaux smartphones Apple ne suscita guère de surprises. Il faut dire que tous les détails relatifs à l'iPhone 8, à l'iPhone 8 Plus et au 'modèle anniversaire' iPhone X avaient précédemment déjà été dévoilés.

Le retrait du bouton home et des bords au profit d'un plus grand écran et le déverrouillage par reconnaissance du visage sont en fait des éléments déjà rencontrés sur d'autres smartphones Android tels le Samsung Galaxy S8.

Contrairement à Samsung, qui permet encore à l'utilisateur de choisir de déverrouiller son téléphone par reconnaissance du visage, de l'empreinte digitale ou de l'iris, Apple a supprimé non seulement le bouton home, mais aussi le capteur d'empreinte digitale. Le fabricant qui avait lui-même popularisé le scanner d'empreinte digitale sur les smartphones, entend maintenant faire apparemment de même avec la reconnaissance du visage sur l'iPhone X, une technologie qu'il appelle Face-ID.

Reconnaissance du visage par infrarouge

Alors que la reconnaissance du visage chez Samsung peut encore être mystifiée en tenant une photo devant le scanner, Apple introduit à présent la technologie sensible à la profondeur. Et pour éviter que des masques puissent tromper le scanner du visage, l'entreprise a collaboré, à l'entendre, avec des créateurs de masques.

Une caméra infrarouge, utilisable aussi la nuit, réalise un scan 3D du visage en trente mille points. Ces données sont alors intégrées par des réseaux neuraux sur l'A11, la première puce graphique d'Apple. La reconnaissance de modèles fonctionne sur base de méthodes d'auto-apprentissage, ce qui fait que les algorithmes doivent également être capables de reconnaître votre visage, même si vous portez un chapeau ou des lunettes ou si vous vous vieillissez.

Alors que le risque de tromperie est d'1 sur 1 million, il suffit de montrer l'espace d'un instant votre visage à la caméra pour déverrouiller votre téléphone ou pour effectuer des paiements, apprend-on.

Au moment suprême, la reconnaissance du visage 3D a cependant été mise complètement en échec. Lorsque le directeur Craig Federighi tenta hier soir de déverrouiller l'iPhone X avec son visage, l'opération échoua en effet par deux fois, après quoi il fut forcé de recourir à son code PIN. Tweakers annonce également qu'il est arrivé parfois qu'un collaborateur d'Apple ne soit pas parvenu à déverrouiller le téléphone lors d'une démonstration.

Le facteur charme

Le fait que Samsung ait précédemment introduit la reconnaissance du visage fonctionnant elle sans problème et à moindre coût, pourrait vous inciter à vous demander pourquoi débourser 1.159 euros pour acquérir le téléphone-anniversaire d'Apple. Dans un monde faisant la part belle au marketing, il n'y a guère de bonnes raisons d'associer le prix d'un appareil à ses spécifications et à son design. Il existe pourtant le 'facteur charme' qui fait qu'il y aura toujours suffisamment de fans d'Apple prêts à débourser autant d'argent pour se payer leur nouveau symbole pommé.

C'est ainsi qu'Apple a dans le passé déjà assez souvent réussi à populariser une technologie déjà existante auprès d'un vaste public. Et avec la reconnaissance du visage intégrée à l'iPhone X, que l'entreprise qualifie elle-même 'de futur du smartphone', elle pourrait y parvenir une fois encore.

L'accent qu'Apple met sur FaceID, nous éclaire en tout cas quelque peu sur ce futur. Alors qu'un appareil photo ne servait précédemment qu'à effectuer des prises de vue, il recevra toujours davantage de fonctions. Du coup, l'importance d'un bon appareil photo en façade ne fera que croître.

Création d'émoticônes

L'une des nouvelles applications de FaceID semble à première vue complètement idiote: un logiciel qui transforme vos grimaces en faces animales. Apple a non sans fierté convié hier son 'senior vice president of software engineering' Craig Federighi pour présenter des émoticônes animées alias des 'animojis'.

Vous choisissez l'un des douze petits personnages, tels un panda ou une licorne et vous lisez un message tout en regardant l'appareil photo/caméra. Les émoticônes 2D classiques sont ensuite converties en formes 3D capables de tourner la tête et de reprendre vos expressions du visage et votre tonalité vocale.

Derrière ce qui s'apparente plus à une fonction insignifiante destinée à faire plaisir au grand public qu'à une innovation technologique, se cache en fait une technologie très complexe. Selon Apple, elle est capable de reconnaître plus de cinquante mouvements du visage, comme les froncements des yeux, le rire, les clins d'oeil, la fermeture de la bouche ou encore le gonflement des joues.

On pourrait dire d'un air condescendant que l'innovation technologique en 2017 génère ici un avorton qui parle et auquel nous prêtons nos propres expressions du visage. D'une autre côté, le chat (clavardage) et les émoticônes prennent une part toujours plus importante de notre communication en ces temps de WhatsApp et d'iMessenger. Une fonction vous permettant d'introduire 'votre propre personnalité' dans des émoticônes, c'est finalement peut-être moins insignifiant qu'il n'y paraît. On se demande quand même ce qu'en aurait pensé Steve Jobs.

Pieter Van Nuffel, Journalist DataNews.be