Erasmus-Euroset : une faillite qui soulève des questions

23/04/12 à 00:00 - Mise à jour à 22/04/12 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

Le tribunal du commerce a prononcé la faillite de l'imprimerie Erasmus-Euroset, à Wetteren, alors même que l'entreprise semblait devoir fusionner avec Deckers-Snoeck.

Les syndicats CSC et FGTB confirment qu'une convention collective de travail avait été conclue en vue de transférer le personnel d'Erasmus-Euroset chez Deckers-Snoeck, à Zwijndrecht. Depuis le mois de mars, ce transfert était effectif pour une partie des collaborateurs, qui avaient commencé à travailler à Zwijndrecht. "Aujourd'hui, on nous dit que la fusion n'a jamais été effective et que ces gens n'ont pas de contrat chez Deckers-Snoeck, indique Gerrit Muylaert, délégué syndical FGTB. D'un autre côté, Deckers-Snoeck propose de reprendre certains d'entre eux, avec un nouveau contrat. La situation est extrêmement confuse. Nous avons demandé des éclaircissements à la curatrice." Son confrère Daniel Van Hoeck, délégué CSC, confirme : "On n'y comprend rien. Jusqu'à l'annonce de la faillite, nous considérions la fusion comme acquise." De plus amples détails sont révélés par un article publié vendredi sur le site web du Nieuwsblad.

De son côté, la curatrice d'Erasmus-Euroset nous a confirmé que, même si l'intention des deux entreprises était bien de fusionner, la fusion n'était pas encore intervenue au plan juridique au moment de la faillite. Le personnel transféré chez Deckers-Snoeck l'était dans le cadre d'un simple accord de collaboration. Joris Deckers, quant à lui, n'était pas disponible pour nous répondre.

Erasmus-Euroset était une imprimerie commerciale équipée en offset à feuilles, née d'une fusion en 2007. Depuis, elle n'avait cependant jamais enregistré de bénéfices. Il restait 14 travailleurs occupés par l'entreprise.

En savoir plus sur: