Gérant de Cartim Print arrêté

Le gérant de Cartim Print temporairement arrêté et relâché après audition dans le cadre d'une opération du Ministère des Affaires économiques à la suite de soupçons de vente à perte dans le secteur de l'imprimerie.

Gérant de Cartim Print arrêté

© .

Opération coup de poing

Suite à plusieurs plaintes de dirigeants désemparés du secteur de l'imprimerie auprès du Ministère des Affaires économiques, une opération soutenue par la police fédérale et l'administration fiscale a été mise sur pied.

L'existence, depuis des années, de situations extrêmes dans le secteur de l'imprimerie n'avait pas échappé à l'inspection des affaires économiques. Les ventes à perte sont en effet monnaie courante depuis des années déjà sans le secteur de l'imprimerie. Une opération soutenue par la police pour mettre un terme à cette situation a notamment conduit à des perquisitions auprès de la société Cartim Print, avec arrestation et audition du gérant Ludo Goedertier à la clé.

Vérification

Après contrôle de la comptabilité et des offres, Ludo Goedertier, de Cartim Print, a été relâché. Des rumeurs laissaient entendre que Cartim Print faisait partie des sociétés vendant à perte, mais rien n'était moins vrai. Cartim Print n'a en réalité jamais été déficitaire et a seulement pour habitude de combiner bénéfices et prix extrêmement compétitifs, ce dont elle ne manque pas de faire profiter ses clients.

Plus plates excuses

Les perquisitions chez Cartim Print reposaient sur des ragots et des... impressions de concurrents qui ne comprennent bien souvent pas la stratégie de Cartim Print. Le ministre fédéral Chris Preekers a tenu à s'excuser en personne auprès de Ludo Goedertier pour l'intervention un peu cavalière des différents services.

"Après les plaintes reçues, nos services ne pouvaient se fonder que sur des chiffres avant de passer à l'action" a déclaré le ministre.

Après concertation, le gérant de Cartim Print a finalement décidé de ne pas porter plainte contre les services concernés.

Affaire à suivre

Le ministre fédéral Chris Preekers a bien compris l'importance de prendre des mesures contre les imprimeries qui faussent la concurrence. Il a promis un suivi rigoureux des sociétés en perte année après année.

Le ministre a également évoqué la situation économique générale positive dans le pays et a dit comprendre que cela n'était que partiellement le cas pour le secteur de l'imprimerie, numérisation oblige.

Mais comment font-ils ?

Malgré cet incident, de nombreuses imprimeries se demandent quand même comment il est possible de jouer à ce point sur les prix tout en proposant un travail de qualité et en tenant ses promesses...

Recette secrète ?

La majeure partie du secret réside dans les coûts structurels et les frais de vente. Cartim Print n'a ainsi quasiment pas de frais de vente (pas de service commercial extérieur) et sa structure administrative et dirigeante est relativement simple, ce qui fait déjà une différence de plusieurs dizaines d'euros au niveau du rapport heure/prix de revient par machine. Des euros que certaines entreprises oublient de compter dans leur rapport heure/prix de revient, ...

Collaboration

Cartim Print fait figure depuis plusieurs années déjà d'épine dans le pied de certains acteurs en raison de sa stratégie de prix extrêmement concurrentielle. L'erreur de jugement des services publics a une fois de plus mis en évidence le souci de Cartim Print d'une relation Win-Win.

Grâce à une production extrêmement efficace et à une faible structure de coûts, le client (une autre imprimerie) tout comme Cartim Print en profitent. Le secteur de l'imprimerie connaît actuellement une vague de consolidation par plusieurs repreneurs avides de sociétés prêtes à jeter l'éponge. Avec Cartim Print, ces sociétés peuvent conserver leur spécificité plutôt que d'être "avalées". Un atout considérable pour lequel ont déjà opté des dizaines d'imprimeries. Avec ou sans maintien d'une partie de la production propre. Une relation win-win en toute confiance donc !

Vous voulez garder votre spécificité ? Envoyez un e-mail à info@cartim.be.

------- ceci est un article fictif -------

En savoir plus sur: