Go Paperless : Google se lance dans le greenwashing

14/01/13 à 00:00 - Mise à jour à 13/01/13 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

Six mois après le No Print Day de Toshiba, un autre poids lourd informatique s'attaque au papier sous l'angle écologique. En lançant la campagne Go Paperless 2013, Google et ses alliés ont provoqué la colère de la chaîne graphique.

Go Paperless : Google se lance dans le greenwashing

© Getty Images/iStockphoto

La campagne en question, menée par un groupe d'entreprises américaines réunies sous le nom de Paperless Coalition, se présente comme un appel à protéger l'environnement en réduisant les besoins en papier. Elle comprend un site web, une lettre électronique, une page Facebook et un fil Twitter. En dehors de Google, les membres de la Paperless Coalition sont toutes des entreprises actives dans le domaine de la numérisation ou des services en ligne.

Two Sides, le lobby international de la chaîne graphique, a réagi par une lettre ouverte adressée au président de Google, Eric Schmidt : " Cette nouvelle initiative donne encore un exemple d'organisme défendant ses propres intérêts par le biais d'une campagne de marketing utilisant l'environnement pour promouvoir ses services, tout en ignorant son propre impact environnemental. "

Two Sides relève notamment que Google consomme annuellement 2,3 milliards de kWh d'électricité - l'équivalent de 207.000 ménages ; que les centres de données représentent à eux seuls 2 % de la consommation américaine d'électricité ; que la part de l'électronique dans les déchets urbains solides est celle qui, selon Greenpeace, croît le plus rapidement ; ou encore que, selon différentes études, la lecture sur papier peut s'avérer plus durable que la lecture électronique dans de nombreux cas. Two Sides cite également un récent article du New York Times révélant l'énorme impact environnemental des centres de données.

En juin dernier, le secteur graphique américain avait obtenu le retrait de la campagne No Print Day de Toshiba. Pour l'heure, Google et ses alliés de la Paperless Coalition n'ont pas encore répondu à la lettre de Two Sides, dont peut lire ici la version intégrale.

En savoir plus sur: