Komori et KBA lorgnent vers la Chine

18/06/12 à 00:00 - Mise à jour à 17/06/12 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

Komori va construire une usine d'assemblage de presses en Chine, tandis que KBA négocie son entrée dans le capital d'un constructeur chinois.

Komori et KBA lorgnent vers la Chine

Le Japonais Komori vient d'annoncer la création d'une filiale chinoise à Nantong (province Jiangsu, au nord de Shanghai), où il implantera une usine d'assemblage de presses destinées au marché chinois. La nouvelle usine devrait entrer en service dès janvier 2013 et occuper une centaine de personnes dans une phase initiale.

Komori vient de publier les résultats de son exercice financier 2011/2012, qui se traduit par une perte opérationnelle de 3,9 milliards de yens (environ 40 millions d'euros) pour un chiffre d'affaires de 72,2 milliards de yens (730 millions d'euros). Des chiffres équivalents à ceux de l'exercice précédent. Komori prévoit un chiffre d'affaires en croissance de 5 % pour l'exercice en cours, encore assorti d'une légère perte opérationnelle.

L'Allemand KBA a lui aussi affirmé son intention d'entrer sur le marché chinois. Lors de l'assemblée générale qui se déroulait la semaine dernière, son PDG Claus Bolza-Schünemann a révélé que l'entreprise allait prendre, avant la fin de l'année, "une participation substantielle" dans un constructeur chinois de presses à feuilles. Komori et KBA rejoindront ainsi en Chine Heidelberg, qui dispose déjà d'une usine dans ce pays, tandis que les constructeurs japonais Akiyama et Shinohara sont désormais contrôlés par des Chinois.

KBA a par ailleurs fait part de bons résultats à la drupa, où il a enregistré plus de 100 millions d'euros de ventes. Le carnet de commande pour les presses à feuilles approchait fin mai les 300 millions d'euros, en hausse de 12 % sur l'année passée à la même époque. Les commandes de rotatives et de presses spéciales ont par contre chuté à 190 millions d'euros. L'année dernière, plusieurs gros contrats les avaient propulsées à 335 millions. Au total, le carnet de commande pour les cinq premiers mois est donc inférieur à ce qu'il était il y a un an, mais la drupa laisse présager d'un second semestre positif.

En savoir plus sur: