Komori veut être moins dépendante des presses feuilles

17/06/13 à 00:00 - Mise à jour à 16/06/13 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

Komori a annoncé un plan de réorganisation stratégique visant à rendre l'entreprise moins dépendante de la vente des presses feuilles et à lui permettre de relever son chiffre d'affaires à 100 milliards de yens en trois ans.

Komori veut être moins dépendante des presses feuilles

L'annonce tombe alors que le constructeur de presses japonais vient de réussir à dégager un résultat positif pour la première fois en quatre ans, lequel est toutefois réduit à néant par les charges exceptionnelles liées à la restructuration. Celle-ci a démarré par un plan de départs volontaires mis en oeuvre en août dernier. Komori a également commencé en mars, à fabriquer des presses en Chine, où les coûts de production sont plus bas. Le plan de réorganisation est nécessaire dans la mesure où le troisième plan à moyen terme de la société prévoyait un chiffre d'affaires de 120 milliards de yens. Mais la crise économique qui s'est déclarée à l'automne 2008 et la montée en puissance des médias numériques en ont décidé autrement.

Le c.a. pour l'exercice comptable clos en mars s'est établi à 69 milliards de yens, en recul de 3,4 % par rapport aux 72,3 milliards de l'année précédente. Komori s'attend à une progression de son chiffre d'affaires de 10 % pour l'exercice en cours, et à une hausse de 589 millions de son résultat opérationnel, à 3,5 milliards de yens. On compte pour ce faire sur une croissance de l'économie au Japon, tablant sur le fait que les imprimeurs nippons vont commencer à remplacer leurs machines vieillissantes. En attendant, l'incertitude économique en Amérique du Nord et en Europe continue de peser sur les investissements dans ces marchés. Le chiffre d'affaires européen a ainsi reculé de 14,6 %. La politique de dévaluation du yen menée par le gouvernement japonais peut constituer un stimulant pour la vente des presses Komori sur les marchés émergents.

L'avenir à moyen terme repose sur la diversification et la fin de la dépendance absolue vis-à-vis des presses feuilles. Komori entend se profiler comme un prestataire de services d'ingénierie appliqués à l'imprimerie et a d'ailleurs annoncé une extension de son activité dans le domaine des presses numériques. On mise pour ce faire sur la vente de l'imprimante à toner Konica Minolta C8000, sur le développement et la vente du système d'impression jet d'encre de format B2 Komori Impremia IS29 (la KM1 chez KonicaMinolta) et la commercialisation rapide de la technologie nanographique de Landa.

L'impression fiduciaire (security printing) est également un marché de croissance, avec l'entité Komori Currency Technology. L'essor des nouveaux pays émergents et leur souhait d'assurer eux-mêmes le tirage de leur monnaie ont renforcé la demande de solutions d'impression fiduciaire. Abu Dhabi, par exemple, projette d'installer une imprimerie de billets de banque aux Émirats.

Komori dispose également d'une presse offset/hélio dédiée à l'impression d'écrans tactiles pour appareils mobiles et panneaux de commande. Actuellement négligeable, le chiffre d'affaires de ce segment devrait connaître une forte croissance, pour représenter 3 milliards de yens en 2016.

Les revenus liés aux consommables (déploiement des produits de marque K-Supply) et aux services devraient progresser à 10 milliards de yens en 2016 ; le chiffre d'affaires en presses feuilles passerait quant à lui de 63,9 milliards à 72 milliards de yens. Le tout cumulé doit donner un total de 100 milliards de yens.

L'entreprise entend continuer de surveiller ses coûts et est occupée à adapter les processus de fabrication de son usine de Tskuba à la construction, en petites séries, de machines spécialisées pour le secteur de l'emballage (un segment en croissance), et pour les imprimeries des marchés industrialisés. Les machines standard destinées aux pays émergents seront produites en Chine.

En savoir plus sur: