La filiale française de Van Genechten a été liquidée

23/09/13 à 00:00 - Mise à jour à 22/09/13 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

VG Goossens, une filiale française du groupe belge Van Genechten Packaging, située à Marcq-en-Baroeul (Lille), a été liquidée au tribunal de commerce Grand Lille le 4 septembre. Le candidat repreneur n'a pas eu les ressources financières suffisantes pour la reprise. Ce sont 127 salariés qui perdent leur emploi.

La filiale française de Van Genechten a été liquidée

© Getty Images/Ingram Publishing

Spécialisée dans les emballages imprimés en carton plat, l'entreprise aurait vu son chiffre d'affaires divisé par deux au cours des trois dernières années. Avec une baisse d'un tiers entre 2011 et 2012 ainsi qu'une exportation qui a complètement disparu (de 2.840.000 € en 2011 à zéro en 2012).

En redressement judiciaire depuis le 16 janvier 2013 après la perte d'un client important (Nestlé), VG Goossens disposait d'un délai de six mois pour redresser ses comptes. Sans le soutien des banques et sans les garanties financières suffisantes, le projet de reprise d'Eric Gheyssens, ancien cadre de la société, n'a pas été retenu par le tribunal. C'est donc le 4 septembre 2013 que le tribunal de commerce Grand Lille a prononcé la liquidation judiciaire de la filiale lilloise VG Goossens. Ce qui entraine le licenciement des 127 salariés du site de Marcq-en-Baroeul. Selon les syndicats, l'ouverture d'une activité du groupe Van Genechten en Europe de l'Est ne serait pas étrangère aux difficultés du site de Marcq-en-Baroeul.

À travers VG Goossens, le groupe Van Genechten possède encore deux autres sites en France, à Meyzieu (Rhône) et L'Isle-d'Espagnac (Charente). Ceux-ci ne sont pas concernés par le redressement judiciaire. Un quatrième site, celui de VG Goossens à Beauvais, avait été mis en liquidation judiciaire en 2009. Van Genechten possède encore des sites en Belgique, Allemagne, Russie et Lettonie. Il affiche de nombreux clients prestigieux dans l'alimentaire, le luxe et la cosmétique.

En savoir plus sur: