La rentabilité des papetiers à la traîne

06/05/13 à 00:00 - Mise à jour à 05/05/13 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

Le déclin des papiers graphiques pèse toujours sur la rentabilité des groupes papetiers, qui cherchent leur salut dans le développement de nouveaux débouchés pour la cellulose.

La rentabilité des papetiers à la traîne

Les chiffres trimestriels publiés par Stora Enso et UPM, les deux principaux papetiers européens, indiquent une difficulté persistante à garantir leur rentabilité. Les deux groupes présentent un chiffre d'affaires stable et sensiblement comparable : 2,7 milliards d'euros pour Stora Enso ; 2,4 milliards pour UPM. Tous deux enregistrent un fléchissement de leur bénéfice d'exploitation (EBITDA) : -9,4 % pour Stora Enso ; -20,4 % pour UPM. Mais, tandis que UPM préserve un bénéfice net de 47 millions d'euros pour la période, Stora Enso accuse une perte de 16 millions.

Dans la foulée de ces résultats, Stora Enso a annoncé une réorganisation de ses activités en trois divisions au lieu de quatre. La division graphique (Printing and Reading) sera intégrée avec celle des produits du bois (Building and Living) en une nouvelle division " focalisée sur des activités et des régions matures ". Les deux autres divisions, Renewable Packaging et Biomaterials, " resteront centrées sur des marchés et des activités en croissance, ainsi que sur l'innovation ". On ne saurait être plus clair...

De son côté, UPM (" The Biofore Company "), continue à investir dans de nouveaux débouchés dont les biocarburants. Le groupe vient d'annoncer le lancement d'un programme-test de son diesel renouvelable BioVerno.

En savoir plus sur: