Le derby des Plats Pays : une rivalité graphique

14/11/11 à 00:00 - Mise à jour à 13/11/11 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

David Benoit (du GRAFOC, le fonds de formation graphique flamand) et Jos Teunen (du GOC, son équivalent aux Pays-Bas) ont présenté jeudi dernier à Turnhout le derby des Plats Pays : une comparaison économique du marché du travail dans le secteur graphique des deux pays. Récemment, les deux organismes ont signé, lors du salon Print, un accord de collaboration.

La Belgique est un pays de PME, où 75 % des entreprises graphiques comptent moins de 10 travailleurs et 95 % moins de 50 travailleurs. Fait remarquable : 4,55 % des entreprises belges représentent à elles seules 42,5 % de l'emploi ! L'emploi est mieux réparti aux Pays-Bas, où 26 % des entreprises occupent 20 à 50 personnes et 25%, 50 à 100 personnes.

Dans les deux pays, les entreprises graphiques sont "multi-tâches", ce qui ne facilite pas la vie de celles qui se sont spécialisées dans le prépresse ou la finition. Les techniques graphiques sont comparables des deux côtés du Moerdijk mais, par rapport à la moyenne européenne, la Belgique et les Pays-Bas, tout comme les pays scandinaves, sont en tête des prestataires d'impression numérique. Cela témoigne du caractère innovant du secteur graphique dans les Plats Pays.

Le nombre d'entreprises est depuis quelques années en baisse. Depuis 2007, ce recul est plus rapide en Belgique qu'aux Pays-Bas. L'emploi, quand à lui, décroît plus vite aux Pays-Bas depuis 2006. Les Belges obtiennent encore le meilleur score pour le ratio chiffre d'affaires/emploi, mais leur courbe est en baisse tandis qu'elle grimpe chez les Néerlandais. En 2010, les deux pays étaient pratiquement au même niveau.

Autre point commun : les professions en pénurie sont les mêmes dans les deux pays, en impression et en finition, tandis que le vieillissement exige un afflux de forces vives. Belges et Néerlandais présent une pyramide des âges comparable. En Belgique, la moitié des travailleurs ont plus de 40 ans, et 20 % plus de 50 ans. L'évolution de la courbe est comparable aux Pays-Bas. Elle est liée, outre-Moerdijk, à la suppression des mesures de retraite anticipée et au rehaussement de l'âge de la prépension : le taux d'emploi à 60 ans atteint à peine 4 % en Belgique contre 8 % chez nos voisins.

La Belgique a longtemps été forte exportatrice aux Pays-Bas. En 2010, toutefois, les rôles se sont inversés. Les importations chinoises restent relatives dans les deux pays : (3,67 % en Belgique, 8% aux Pays-Bas).