Les critères " End-of-Waste " sonnent-ils le glas du papier recyclé?

23/09/13 à 00:00 - Mise à jour à 22/09/13 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

La proposition de la Commission européenne sur les critères de fin de vie des déchets (End-of-Waste criteria - EoW ) pour le papier peut avoir de graves conséquences pour les fabricants de papier. C'est l'alarme que donne la Confédération Européenne des Industries du Papier (CEPI), basée à Bruxelles.

Les critères " End-of-Waste " sonnent-ils le glas du papier recyclé?

Avec la proposition EoW criteria pour le papier, il est impossible de récolter (plus) de vieux papiers à haute qualité à des fins de recyclage. Bien au contraire. Le nouveau règlement devrait avoir un effet inverse sur les efforts de l'Europe pour être une société de ressources efficaces basée sur le recyclage. Les critères de fin de vie des déchets (EoW criteria) est un ensemble de critères qui définit à quel moment un processus de recyclage n'est plus un 'déchet', mais une ressource. Dans ces critères, les limites des polluants sont repris.

Et c'est là que le bât blesse. Quelques pays insistent pour inclure des matériaux multicouches comme les briques de boissons et un seuil de 25% sans composants de papier dans les critères EoW pour le papier. La conséquence à cela est que le point rassemblement du EoW diffère de son emplacement actuel dans l'usine à papier à un stade antérieur de la chaîne de collecte. Sans traitement ultérieur, le papier recyclé sera inutilisable pour la production de papier ou de carton.

La Commission ne peut pas démontrer les avantages environnementaux de sa proposition. Les industries européennes du papier craignent qu'une telle nouvelle réglementation soit une menace pour les niveaux actuels de recyclage de papier. Les européens sont notamment les champions en la matière. En 2O12, 71,7% des papiers utilisés étaient recyclés. Quelques fabricants de papier en sont même complètement dépendants.

D'après CEPI, les impuretés seront 15.000 fois plus élevées avec la nouvelle réglementation qu'elles ne le sont pour le moment. Cela signifie un million de tonne de déchets par an, entre autres sous forme de sacs en plastique.

CEPI a protesté contre le projet en plaçant sept balles de papier devant le bâtiment Berlaymont de la Commission européenne à Bruxelles. "Ceci est du papier recyclé selon la Commission. CEPI défie chacun à l'utiliser dans son imprimante ou à y formuler une proposition de loi", dit Jori Ringman, Directeur de CEPI Recycling and Environment.

Les diplomates des pays membres de l'Union européenne n'ont pas réussi à atteindre la majorité requise pour les nouveaux critères End-of-Waste. C'est maintenant au Conseil de l'Union européenne de s'en sortir.

En savoir plus sur: