Musebooks numérise les livres d'art

25/06/18 à 10:35 - Mise à jour à 10:34

Chaque livre ne se prête pas aussi facilement à devenir un e-book, car les formats existants ont leurs limites. Pour y faire face, la jeune entreprise Musebooks d'Hasselt a développé une nouvelle façon de numériser les livres d'art, afin qu'ils soient compatibles aussi avec un e-reader ou un ordinateur.

Musebooks numérise les livres d'art

Cette idée a germé dans l'esprit des entrepreneurs Peter Ruyffelaere, Noël Slangenet Dominique de Rijcke. Pour eux, l'e-book (livre électronique) ne pourra poursuivre sa prudente progression que s'il devient un tant soit peu plus graphique, mais dans ce cas, les formats existants tels pdf ou epub ne suffisent pas. "Et nous avons donc mis au point un format alternatif qui convient spécifiquement à l'expérience de lecture de ce type de livre davantage visuel", explique le managing partner Kutlu Tuna. "Il permet non seulement de zoomer sur l'illustration, mais aussi de lire le texte correspondant et de tourner les pages comme on le ferait d'un livre bien réel. Qui plus est, il est compatible avec tous les appareils: de la tablette au téléviseur en passant par l'ordinateur."

Cette manière de tourner les pages, on la connaît évidemment des journaux en ligne, mais le côté innovant réside ici dans l'approche 'one-size-fit-all' (solution unique) de Musebooks, qui a développé un procédé en vue de convertir aisément les livres existants dans le format ad hoc. "Il s'agit donc surtout d'un service destiné aux maisons d'édition qui, grâce à nous, peuvent proposer facilement leurs livres à un lectorat numérique", affirme Tuna. "Nous nous chargeons de la numérisation moyennant un montant fixe et proposons ensuite le livre dans notre magasin web. Nous prélevons un mini-pourcentage sur la vente."

Les premiers chiffres démontrent qu'il y a bel et bien un marché. 50.000 utilisateurs se sont en effet déjà enregistrés pour lire un premier livre gratuit. La start-up a également déjà vendu deux mille e-books.

Collaboration avec des musées internationaux renommés

Musebooks a déjà trouvé des partenaires dans des maisons d'édition telles LUDION de Peter Ruyffelaere en personne, mais aussi dans des musées internationaux renommés. 'C'est ainsi que tant le MoMa de New York que The National Gallery de Londres se sont associés à nous pour les catalogues de leurs expositions', ajoute Tuna. 'Nous convertissons aussi leurs anciens titres à notre nouveau mode de lecture.'

Musebooks mise aujourd'hui pleinement sur une extension internationale et vise en l'occurrence le marché asiatique. 'Des premiers contrats sont déjà conclus avec le National Palace Museum de Taipei', poursuit Tuna. 'Nous partirons bientôt en mission à Hong Kong et en Chine, pour nouer là aussi les contacts nécessaires.'

Les trois fondateurs ont lancé Musebooks avec un capital de départ de 66.000 euros, qui a été rapidement complété par un demi-million d'euros investi par plusieurs 'business angels' et sociétés d'investissement, dont VLAJO. La Limburgse Reconversie Maatschappij (LRM) y a également injecté 250.000 euros. 'Avec cet argent, nous souhaitons poursuivre notre développement, incorporer un élément vidéo dans le format et continuer de croître sur le plan commercial', conclut Tuna. 'L'année prochaine, nous rechercherons de nouveau du capital dans le but d'évoluer encore.'

Matthieu Van Steenkiste, Datanews