Situation de PaperlinX en Belgique et aux Pays-Bas

18/05/15 à 00:00 - Mise à jour à 17/05/15 à 23:59

Source: Nouvelles Graphiques

Deux entités de PaperlinX aux Pays-Bas ont entre-temps été rachetées. Chez nous, les ex-salariés du grossiste en papeterie ont rapidement pu se replacer chez d'autres fournisseurs. Les activités commerciales n'ont pas trouvé de repreneur ou ne seront pas relancées.

Situation de PaperlinX en Belgique et aux Pays-Bas

Le 8 mai, Moonen Packaging a annoncé la reprise de la division Packaging de la société faillie PaperlinX, à Zutphen, aux Pays-Bas. Tous les commerciaux du site de Zutphen se sont vu proposer un emploi chez le spécialiste de l'emballage de Weert. PaperlinX Packaging opérera sous le nom Moonen Packaging.

Plus tôt, le 6 mai, Vink Kunststoffen avait réalisé le redémarrage de PaperlinX Visual Technology Solutions, à Wormerveer. Les activités de VTS (sign & display) sont prolongées à partir du centre de distribution existant à Wormerveer, sous le nom Vink Visual Technology Solutions (Vink VTS). Vink n'est pas intéressée par l'histoire belge de PaperlinX, qui a entre-temps perdu la représentation au Benelux de swissQprint au profit de Spandex.

La situation est donc tout à fait différente en Belgique. Les clients papeterie et sign & display de PaperlinX sont approchés activement et fidélisés par les fournisseurs graphiques subsistants. Nous avons parlé au téléphone avec Joël Toremans, qui dirigeait PaperlinX en Belgique. Il dit que les collaborateurs du distributeur en faillite ont été officiellement déchargés de leur fonction depuis le 20 avril. Toremans commencera lui-même à travailler en juin pour une entreprise de grande distribution active dans un autre secteur, en rapport avec la construction et l'industrie. " J'estime que sur les 55 collaborateurs de PaperlinX en Belgique, environ la moitié ont déjà retrouvé du travail ailleurs. Ils représentent une injection qualitative pour les firmes où ils ont pris leurs fonctions. La faillite de PaperlinX constitue un sérieux avertissement pour l'ensemble du secteur. Il doit rester possible d'y gagner sa vie. Ces dernières années, on a assisté à une surenchère de services supplémentaires et gratuits. Mais le gratuit n'est ni viable ni durable. C'est un signal pour un secteur qui se débat dans les difficultés. L'inflation du prix et du service n'est ainsi pas sans conséquences. On fait grève dans les papeteries et la nervosité règne, Neschen obtient le moratoire judiciaire, MACtac Europe envisage de supprimer 175 emplois à Soignies et Genk, on se croise les bras sur les sites de Smurfit Kappa, etc. "

Même son de cloche du côté de Dirk Salens, Managing Director d'Igepa Belux : " La faillite de PaperlinX est un drame pour les travailleurs de l'entreprise. Il n'y a pas matière à euphorie. Elle ouvre au contraire les yeux à un secteur qui est en train de se dévaluer. L'industrie graphique a besoin d'une réévaluation de l'imprimé, et d'un prix correct. Sinon, le marché ne vaut plus rien et d'autres drames sont à craindre. "

Voici une petite revue de collaborateurs de PaperlinX connus, désormais au service d'autres fournisseurs graphiques : Mark Verschaeren est devenu Communication Manager Benelux chez Antalis Benelux ; Guy Proost est Marketing Manager chez Topa Verpakking, cinq autres sont également passés chez Topa ; Ivan Schelfhout a commencé chez Albyco ; Luc Van Hassel et Frank Piessens sont entrés chez Antalis ; Wim Vandendriessche et Filip Jonckers travaillent chez Spandex ; deux ex-PaperlinX, et peut-être plus, vont prendre leurs fonctions chez Igepa, etc.

En savoir plus sur: