Outre l'offre exposée, l'Empack proposait, les 25 et 26 octobre, un vaste programme annexe impliquant plus de 25 intervenants. Plus de 430 visiteurs ont suivi un ou plusieurs séminaires au cours des deux journées du salon. Quatre prix ont en outre été remis au Nekkerhal. Ainsi, le Sustainability Award du jury est allé à CMC Packaging Automation, alors que le public plébiscitait Optimum Group Wellen pour ce même prix. Topa Packaging s'est vu décerner l'EasyGo Award pour le plus grand nombre d'activations du badge, tandis que le Marketing Award récompensant l'exposant ayant attiré le plus de visiteurs est allé à Moens Packaging. Nous avons quant à nous épinglé les nouveautés suivantes au gré de nos déambulations.
...

Outre l'offre exposée, l'Empack proposait, les 25 et 26 octobre, un vaste programme annexe impliquant plus de 25 intervenants. Plus de 430 visiteurs ont suivi un ou plusieurs séminaires au cours des deux journées du salon. Quatre prix ont en outre été remis au Nekkerhal. Ainsi, le Sustainability Award du jury est allé à CMC Packaging Automation, alors que le public plébiscitait Optimum Group Wellen pour ce même prix. Topa Packaging s'est vu décerner l'EasyGo Award pour le plus grand nombre d'activations du badge, tandis que le Marketing Award récompensant l'exposant ayant attiré le plus de visiteurs est allé à Moens Packaging. Nous avons quant à nous épinglé les nouveautés suivantes au gré de nos déambulations. La technologie Hybrid Advance du constructeur primé CMC réalise des boîtes et enveloppes à la demande et dans le même flux. Alimentée par un carton sans fin, la machine adapte automatiquement le paquet aux dimensions et à l'épaisseur du produit, sans laisser d'espace vide. L'imprimeur d'étiquettes Wellen a réussi sa première participation à l'Empack. Sur un stand bondé, il exposait notamment une remarquable étiquette anticontrefaçon imprimée avec des encres fluorescentes et dont le texte n'apparaît que sous un éclairage UV. L'encre peut être bleue, jaune, verte ou blanche. Aubier-Collard, spécialiste du film biologique, focalisait l'attention notamment avec un film étirable en polyoléfine sans PVC, compatible avec les aliments. Introduit cette année, ce type de film convient pour les machines d'emballage courantes, comme celles d'Omori, Ulma et Automac. Le fabricant a aussi lancé cette année un film de banderolage convenant pour un poids de charge jusqu'à 30 kilos et disponible dans toutes les largeurs et épaisseurs souhaitées. La gamme d'Aubier-Collard comporte aussi bien des films rétractables que des biofilms. En rétractable, l'entreprise fournit des films en PE, PP, PET, des manchons, des sacs (avec et sans PCR) et un film polyoléfine à 30% de PCR. Elle propose aussi des matériaux compostables comme du papier kraft, du PBS (polysuccinate de butyle) Bionat et du film à base de cellulose. Ces produits sont certifiés pour pouvoir afficher le logo TÜV Compostable à domicile. Sur son stand toujours aussi imposant et accueillant, Presa a montré un aperçu de son offre actuelle: des appareils de codage aux étiqueteuses en passant par les équipements de contrôle et d'inspection, dont une très compacte trieuse pondérale avec détecteur de métaux intégré. Mais aussi une large gamme de solutions d'emballage, avec divers types de soudeuses, des machines de rétraction et des ensacheuses horizontales sous film tubulaire. À noter aussi que l'entreprise fête son 40e anniversaire cette année. IMT a montré la nouvelle Smartfill Compact, une machine de remplissage présentée comme très pratique. La pompe peut se déposer sans outils et le système est entièrement en inox. Cette machine peut remplir aussi bien des fioles de 10 ml que de grands fûts. Les récipients vides peuvent être présentés manuellement ou être acheminés automatiquement par un convoyeur pour les grosses productions. La machine peut aussi traiter des fluides plus visqueux, comme des aliments semi-liquides ou des produits de nettoyage, ou encore des détergents mousseux. Elle est déjà utilisée pour le remplissage de produits tels que confiture, yaourt, mayonnaise, miel, produit de vaisselle, shampoing, peintures et huiles. La remplisseuse est disponible avec une large gamme de buses de remplissage, vannes et accessoires adaptés à une grande diversité de produits et d'applications. Elle peut conserver plus de trente programmes en mémoire. La capacité maximale est de 50 litres par minute, selon le produit. La machine fait environ 65 cm de long sur 25 cm de large et 40 cm de haut, pour un poids d'environ 30 kilos. Pack4Food était venu annoncer que la première proposition de projet pour le partenariat européen S3 Food Packaging a été approuvée. Value4Pack est un projet interrégional d'investissement en matière d'innovation (I3) qui vise à renforcer la capacité, la compétitivité et la résilience des parties prenantes de la chaîne de valeur européenne des emballages alimentaires. Extrait du communiqué de Pack4Food: "Pour atteindre les objectifs européens actuels (et futurs) d'ici 2030, les acteurs industriels - en particulier les PME - ont grandement besoin d'innovation et d'investissements dans l'ensemble de la chaîne de l'emballage alimentaire, dans laquelle la coopération transsectorielle interrégionale joue un rôle essentiel." Value4Pack a pour objectif de stimuler l'innovation et la capacité d'investissement au sein de la chaîne de valeur européenne de l'emballage alimentaire en mettant en place un écosystème interrégional résilient fédérant les acteurs PentaHelix pertinents." On entend par là l'industrie, les instituts de recherche, les investisseurs, les autorités régionales et les consommateurs et ONG. "Value4Pack va ainsi accroître la capacité des entreprises actives dans la chaîne de valeur de l'emballage alimentaire à s'engager dans des initiatives et projets d'innovation interrégionaux, à développer de nouvelles idées d'activités et à concrétiser des investissements d'innovation interrégionaux dans des solutions validées qui répondent à leurs besoins." Value4Pack est coordonné par l'association Natureef, avec Pack4Food comme co-lead, et implique 15 organisations de 11 pays européens, représentant 29 régions. Selon Condair, qui dispose d'une implantation belge à Holsbeek, l'humidification adiabatique de l'air a le vent en poupe également auprès des fabricants d'emballages. Dans un processus adiabatique, la pression et la température peuvent varier, mais pratiquement sans échange thermique avec l'environnement. La consommation d'énergie est donc moindre que pour d'autres formes d'humidification de l'air, souligne Condair. Le Condair DL est le successeur du Condair Dual2. Le concept HygienePlus breveté garantit à tout moment un air sain et une hygiène durable. "L'industrie de l'emballage est de plus en plus consciente de l'importance d'une humidité relative adéquate pour l'impression et le façonnage du papier, du carton et du film. Un air optimal, c'est-à-dire confortable et sain, a une température de 21 à 22 °C et une humidité relative comprise entre 40 et 60%. Les clients sont demandeurs d'emballages de plus en plus complexes aux finitions toujours plus raffinées utilisant de nouveaux plastiques ainsi que des films. Les exigences élevées ainsi imposées au processus de production rendent le maintien du bon taux d'humidité de l'air de plus en plus crucial. Le papier et le carton sont très sensibles aux variations d'humidité. Si l'air des entrepôts est trop sec, les bords du papier et du carton vont gondoler. Une humidité de l'air trop faible augmente également l'électricité statique, ce qui fait coller le papier ou le carton. Des bords trop tendus peuvent entraîner une rupture des bobines de papier. Tous ces facteurs entraînent des problèmes dans les machines, ce qui se traduit par des pertes de production et de qualité. Un système d'humidification de l'air peut contribuer à les prévenir." L'humidificateur d'air hybride Condair DL cumule les avantages de deux méthodes d'humidification: la nébulisation et l'évaporation.