Le numéro thématique de ce magazine Emballages & Étiquettes est consacré à la durabilité. Vous l'aurez compris, ce ne sont pas les idées d'articles qui manquaient pour le remplir. Mais quels sujets aborder? Un choix difficile, d'autant que la saison des salons professionnels bat déjà son plein.
...

Le numéro thématique de ce magazine Emballages & Étiquettes est consacré à la durabilité. Vous l'aurez compris, ce ne sont pas les idées d'articles qui manquaient pour le remplir. Mais quels sujets aborder? Un choix difficile, d'autant que la saison des salons professionnels bat déjà son plein. Nous avons donc fait de nécessité vertu, en combinant les deux dans plusieurs cas: expos et développement durable. Car, qu'il s'agisse du ProSweets (déjà passé), de l'Anuga FoodTec ou de l'Empack Gorinchem (les premiers d'une longue série), il n'est partout question que d'emballages écoresponsables - aussi respectueux de l'environnement que possible tout en assurant une protection indispensable - ou de machines moins énergivores tout en étant plus efficientes. Et des salons cette année, il y en aura. Rien qu'en Belgique, nous aurons droit à deux Empack. Un à Namur, le 30 mai, et un à Gand, les 17 et 18 septembre. Pour les besoins de ce numéro, nous avons visité l'usine de recyclage bottle-to-bottle Filao, à Couillet, près de Charleroi. Elle produit les bouteilles en rPET pour la marque d'eaux française Sources Alma, ex-Roxane. Et à ce propos: Fost Plus et Valipac n'en finissent plus d'enchaîner les avancées dans le domaine du recyclage des emballages. Nous mettons leurs dernières initiatives en lumière. Dans un certain sens, le nouveau projet LEAK de MPR&S (Université d'Hasselt), dont nous avons parlé avec la Prof. Roos Peeters, a lui aussi une finalité durable. Il s'agit d'étudier comment les fuites peuvent apparaître dans un emballage à cause d'un mauvais choix de matériau ou d'une soudure inadéquate. Intercepter ces emballages avant qu'ils ne sortent de l'usine évite pas mal de peine et coûte bien moins cher que de devoir retirer des produits avariés ou à la qualité dégradée des rayons des supermarchés. Sans parler du gaspillage de nourriture, dont l'empreinte environnementale pèse toujours plus lourd que celle de l'emballage. Quatre fois plus, disent les experts. Sachant qu'en plus, 30% du total de la nourriture produite dans le monde est jetée, faute de ne pas ou de ne plus pouvoir être consommée. On conçoit donc l'intérêt d'emballages hermétiquement soudés. Nous avons aussi consulté Detic sur les défis de ses membres en matière de développement durable. Un sujet relativement complexe, car ceux-ci varient sensiblement selon les différents secteurs que cette fédération professionnelle représente. Rien n'est simple. Complété enfin par un aperçu des dernières nouveautés de l'industrie, ce numéro donne un bon état des lieux de notre secteur de l'emballage en perpétuelle mutation. En espérant qu'il pourra vous inspirer, je vous souhaite une bonne lecture!