"Le producteur fier de son vin souhaite aussi habiller ses bouteilles d'une belle étiquette. Auquel cas, la question du prix est secondaire. L'étiquette ne représente en outre qu'une petite fraction du prix global ", dit Ferdinand Hager, directeur et propriétaire d'Insignis. Ce qui ouvre un monde de possibilités à l'imprimerie viennoise. Avec ses 55 salariés, elle ne peut rivaliser avec les tirages des ténors du marché. D'où sa décision de se focaliser sur des étiquettes qui sortent de l'ordinaire. En offrant une plus grande valeur ajoutée et une qualité incomparable, elle peut dégager des marges plus confortables. Ce qui lui a permis de décrocher un prix pour sa première participation aux Finat Label Awards, concours mondial d'étiquettes autoadhésives, dans la catégorie Impression hybride. La récompense lui a été décernée pour une étiquette de Frizzante, un vin effervescent du domaine autrichien PayerPayer.
...