Bertelsmann évoque, comme principale raison à la fermeture annoncée, la surcapacité sur le marché de l'héliogravure, laquelle a entraîné une érosion permanente des prix et une aggravation des pertes accumulées. "L'industrie de l'imprimerie est en déclin structurel depuis plus d'une décennie. La demande de catalogues en grands volumes, en particulier, a considérablement diminué. Outre l'imprimerie hélio, les activités de reliure connexes sont également concernées. Quelque 670 salariés perdront leur emploi au total. L'entreprise promet un plan social et ouvre les négociations avec les syndicats. Dans le Deutscher Drucker, le syndicat Verdi reproche au groupe d'avoir suivi une "stratégie erronée". Les travailleurs des imprimeries Prinovis de BPG avaient déjà dû subir des réductions de salaires en 2017 : "Ils paient malgré tout le prix fort."

Actif à l'échelle mondiale, notamment dans les secteurs télévisuel (RTL Group) et éditorial (Gruner + Jahr), le groupe Bertelsmann a rapporté un chiffre d'affaires 2018 de 17,7 milliards d'euros (2017 : 17,2 milliards) et un bénéfice de plus de 1,1 milliard (2017 : près de 1,2 milliard). Bertelsmann Printing Group (BPG) y a contribué pour 1,639 milliard en 2018 (2017 : 1,681 milliard).

Le groupe BPG se compose des imprimeries offset Mohn Media, GGP Media et Vogel Druck (Allemagne), des imprimeries hélio Prinovis, à Ahrensburg, Dresde et Nuremberg, plus celle de Liverpool (Royaume-Uni), et de trois imprimeries offset/numériques aux États-Unis. Sur le total de 117 000 salariés que compte le groupe Bertelsmann, 8 245 travaillent chez BPG. Bertelsmann a nommé un nouveau directeur pour sa division Imprimerie : Dirk Kemmerer est chargé de faire collaborer les entreprises de BPG de manière plus intensive, notamment à travers la standardisation des structures organisationnelles et la mise en commun de certaines fonctions d'appui.