L'escalade du conflit en mer Rouge a un impact non négligeable sur la chaîne d'approvisionnement de l'industrie graphique. L'OCDE a mis en garde la semaine dernière contre les effets inflationnistes des tensions actuelles dans la zone de conflits. La hausse des coûts du transport maritime liée aux attaques des rebelles houthis du Yémen sur les navires transitant par la mer Rouge pourrait entraîner une hausse de l'inflation à hauteur de 0,4 point de pourcentage, avertit l'organisation.

Des suppléments de frets envisagés

" Comme de nombreuses autres entreprises, nous avons vu notre chaîne d'approvisionnement mondiale, nos temps de transit et nos coûts de transport affectés par l'évolution de la situation en mer Rouge ", dit Doug Aldred, Chief Commercial Officer de Flint Group. " Le détournement du fret maritime par le cap de Bonne Espérance, qui permet d'éviter le passage par la mer Rouge et le canal de Suez, va selon toute probabilité entraîner un allongement des délais de transit, pouvant varier de deux à six semaines. Ces perturbations ont également un effet sur d'autres itinéraires de fret maritime - et notamment les traversées transatlantiques - du fait de la disponibilité limitée des conteneurs et des navires. "

Flint Group reconnaît les préoccupations croissantes liées à la disponibilité et aux augmentations substantielles des coûts des conteneurs de fret maritime. Différents transporteurs de fret maritime ont introduit des suppléments en raison de l'obligation pour les navires de se détourner par le cap de Bonne-Espérance, au lieu d'emprunter l'itinéraire mer Rouge-canal de Suez. " Flint Group continue d'évaluer attentivement les augmentations de coûts et, le cas échéant, peut envisager la facturation de suppléments de fret ", avertit l'entreprise dans un communiqué de presse.

Calendriers de navigation incertains

" En raison de la réduction du nombre de navires accostant dans les ports de la mer Rouge et de la Méditerranée, une manutention supplémentaire du fret dans le cadre de transbordements par navires collecteurs a été nécessaire ", précise Arno de Groot, vice-président Procurement de Flint Group. " Ce processus consiste à collecter les conteneurs dans les petits ports et à les centraliser sur des plates-formes pour les charger sur des navires plus grands, ce qui peut allonger les délais de transit jusqu'à vingt-huit jours. " Enfin, en raison de l'incertitude des calendriers de navigation, il se peut que les ports situés ailleurs dans le monde soient congestionnés. "

" Nos équipes mondiales responsables des approvisionnements et du service à la clientèle travaillent d'arrache-pied à atténuer l'impact de la perturbation actuelle du fret maritime en suivant de manière proactive les matériaux entrants, en examinant les niveaux de stock et en adaptant le mode de transport pour rattraper les retards ", assure de Groot. " Notre priorité absolue est de veiller à ce que nos clients disposent des encres et des vernis nécessaires au bon fonctionnement de leurs sites de production. Nous informerons nos clients au fur et à mesure de l'évolution de la situation et continuerons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour minimiser les éventuels effets négatifs. "

Flint Group conseille à ses clients de planifier proactivement leurs niveaux de stock en prévision de délais de livraison plus longs.

L'escalade du conflit en mer Rouge a un impact non négligeable sur la chaîne d'approvisionnement de l'industrie graphique. L'OCDE a mis en garde la semaine dernière contre les effets inflationnistes des tensions actuelles dans la zone de conflits. La hausse des coûts du transport maritime liée aux attaques des rebelles houthis du Yémen sur les navires transitant par la mer Rouge pourrait entraîner une hausse de l'inflation à hauteur de 0,4 point de pourcentage, avertit l'organisation.Des suppléments de frets envisagés" Comme de nombreuses autres entreprises, nous avons vu notre chaîne d'approvisionnement mondiale, nos temps de transit et nos coûts de transport affectés par l'évolution de la situation en mer Rouge ", dit Doug Aldred, Chief Commercial Officer de Flint Group. " Le détournement du fret maritime par le cap de Bonne Espérance, qui permet d'éviter le passage par la mer Rouge et le canal de Suez, va selon toute probabilité entraîner un allongement des délais de transit, pouvant varier de deux à six semaines. Ces perturbations ont également un effet sur d'autres itinéraires de fret maritime - et notamment les traversées transatlantiques - du fait de la disponibilité limitée des conteneurs et des navires. "Flint Group reconnaît les préoccupations croissantes liées à la disponibilité et aux augmentations substantielles des coûts des conteneurs de fret maritime. Différents transporteurs de fret maritime ont introduit des suppléments en raison de l'obligation pour les navires de se détourner par le cap de Bonne-Espérance, au lieu d'emprunter l'itinéraire mer Rouge-canal de Suez. " Flint Group continue d'évaluer attentivement les augmentations de coûts et, le cas échéant, peut envisager la facturation de suppléments de fret ", avertit l'entreprise dans un communiqué de presse.Calendriers de navigation incertains" En raison de la réduction du nombre de navires accostant dans les ports de la mer Rouge et de la Méditerranée, une manutention supplémentaire du fret dans le cadre de transbordements par navires collecteurs a été nécessaire ", précise Arno de Groot, vice-président Procurement de Flint Group. " Ce processus consiste à collecter les conteneurs dans les petits ports et à les centraliser sur des plates-formes pour les charger sur des navires plus grands, ce qui peut allonger les délais de transit jusqu'à vingt-huit jours. " Enfin, en raison de l'incertitude des calendriers de navigation, il se peut que les ports situés ailleurs dans le monde soient congestionnés. "" Nos équipes mondiales responsables des approvisionnements et du service à la clientèle travaillent d'arrache-pied à atténuer l'impact de la perturbation actuelle du fret maritime en suivant de manière proactive les matériaux entrants, en examinant les niveaux de stock et en adaptant le mode de transport pour rattraper les retards ", assure de Groot. " Notre priorité absolue est de veiller à ce que nos clients disposent des encres et des vernis nécessaires au bon fonctionnement de leurs sites de production. Nous informerons nos clients au fur et à mesure de l'évolution de la situation et continuerons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour minimiser les éventuels effets négatifs. "Flint Group conseille à ses clients de planifier proactivement leurs niveaux de stock en prévision de délais de livraison plus longs.