Croissance à deux chiffres pour la fabrication mécanique italienne

  • Mise à jour à

Acimga, l'association des constructeurs italiens de machines pour l'industrie graphique et le secteur du papier et du carton, fait état d'une hausse de 10 % du chiffre d'affaires pour les équipements d'impression et de transformation.

La branche pèse à présent 3 milliards d'euros ; les exportations reprennent à la hausse (+7,6 %) ; les importations progressent elles aussi (+21,7 %).

L'industrie italienne des machines d'impression et de transformation connaît une tendance positive soutenue. Selon les données provisoires d'Acimga, ses revenus ont crû de 10 % en 2018, après une hausse déjà impressionnante de +8,7 % en 2017. L'industrie des machines graphiques, de papeterie et de façonnage pèse actuellement 3 milliards d'euros.

60 % de ses revenus sont générés à l'exportation (1,84 milliard d'euros). Après une légère baisse (-0,3 %) en 2017, la tendance à la hausse de 7,6 % des exportations est perçue comme favorable par l'industrie. Les machines sont essentiellement produites par de petites et moyennes entreprises italiennes possédant un savoir-faire de pointe, selon Acimga. Les ventes intérieures connaissent elles aussi une croissance à deux chiffres. Les fabricants italiens écoulent pour 1,15 milliard d'euros de marchandises sur le marché domestique, soit une progression de 14,2 % par rapport à l'an dernier. Les importations ont quant à elle augmenté de plus d'un cinquième de la valeur totale (+21,7 %). La production de l'étranger couvre un peu plus d'un tiers de la demande italienne, les deux tiers restants étant couverts par l'industrie nationale.

" Il s'agit de résultats exceptionnels ", a déclaré Aldo Peretti, président d'Acimga. Le plan Industrie 4.0 nous a certainement aidés à donner une nouvelle impulsion à une industrie pourtant déjà très vivante. Nous mettrons très bientôt en route des plans individuels pour accompagner nos entreprises vers l'innovation 4.0, avec le soutien de la SDA Bocconi School of Management. "

" Ce renouveau palpable du livre devrait être une formidable nouvelle pour les imprimeurs, et une occasion pour eux d'informer les éditeurs sur les nouvelles possibilités et techniques de finition auxquelles ils peuvent avoir recours pour réellement faire sortir leurs publications du lot dans les rayons. "

Source : PrintWeek