D'une entreprise axée sur une ligne de produits unique et au modèle économique d'OEM (les RIP Efi), Guy Gecht a fait d'Efi un fournisseur de logiciels et de systèmes d'impression jet d'encre d'envergure mondiale. Guy Gecht n'est toujours que le troisième CEO qu'ait connu Efi en 30 ans. Il continuera de siéger au Conseil d'administration.

À côté du grand format pour le marché du print & sign et des systèmes à jet d'encre pour carrelages, Efi a remporté un grand succès ces derniers mois avec la Nozomi, une presse jet d'encre monopasse pour l'impression sur carton ondulé.

La société a déclaré un chiffre d'affaires de 500,9 millions d'euros pour les six premiers mois de 2018, soit déjà 5 % de plus que les 475,7 millions d'euros réalisés pour la même période de l'année dernière. Au deuxième trimestre de 2018, le chiffre d'affaires de sa division Jet d'encre industriel a augmenté de 10 %, et celui de l'activité Logiciels de productivité a progressé de 7 % par rapport à la même période de 2017.