Selon la fédération professionnelle BPIF, qui publie chaque trimestre un baromètre du secteur, la plupart des entreprises ne voient pas d'un bon oeil l'incertitude prolongée créée par le nouvel ultimatum. Elles semblent toutefois, pour l'instant, satisfaites que le scénario du " no-deal " ait été évité. Une bonne part des chefs d'entreprises confient en avoir assez et souhaitent qu'une solution soit enfin dégagée, " avec ou sans accord ".

Les principaux sujets d'inquiétudes découlant du Brexit (pour 77 % des répondants) concernent la fiabilité de la chaîne logistique, aussi bien pour les approvisionnements que pour la livraison des marchandises et matériaux. 51 % disent constituer des stocks supplémentaires par précaution. 52 % craignent des hausses de coûts, et 42 % se font du souci à propos des tarifs douaniers et des barrières commerciales.