Les noms des lauréats ont été communiqués fin octobre, au début de la Boekenbeurs, la Foire du Livre d'Anvers. Le jury s'est penché sur près d'une centaine de candidatures : " L'accent a été mis sur la tactilité de l'ensemble, la typographie, la tension entre le mot et l'image, la sensibilité du designer, les techniques d'imprimerie utilisées, ainsi que le choix du papier. " Il n'a pas caché son enthousiasme pour les réalisations primées : " Léon Stynen " est un " livre moderne transparent, qui ne manque jamais de souffle ", tandis que " Nico Dockx " est qualifié " d'ouvrage imposant, où tout a trouvé sa place ".

Comme l'a fait remarquer le jury, la participation dans certaines catégories était assez clairsemée. " Le nombre ne reflète pas toujours précisément ce qui se passe sur le terrain. Le périmètre du prix mérite dès lors d'être étendu. " Il s'est également montré critique face à certaines tendances : " Nous sommes tombés sur des feuilles de garde noires, orange ou colorées, ou des couvertures orange vif ou d'un vert criard, qui loupent parfois totalement le coche. On voit encore beaucoup de livres avec un dos ouvert, ce qui laisse le bloc visible, même s'ils semblent avoir fait leur temps. "

Le prix " Best Vormgegeven Boeken " a trouvé un nouveau souffle depuis l'an passé. Les initiateurs Boek.be, SOFAM et GAU entendent offrir une reconnaissance aux éditeurs, designers et artistes visuels qui " réussissent le mieux dans les livres à réaliser la relation entre forme et contenu. "