Roto Smeets Weert a été déclarée en faillite le 18 avril dernier, tout comme les deux autres imprimeries néerlandaises Roto Smeets détenues par Circle Media Group à Deventer et Doetinchem. Dès le lendemain, il apparaît que le curateur a pris langue avec différents candidats repreneurs. Ces négociations portent en tout cas aussi sur une relance de l'imprimerie feuille et rotative Senefelder Misset, à Doetinchem : l'investisseur Shatho Beheer a fait publiquement savoir qu'il souhaitait aller de l'avant avec cette "superbe entreprise". Une semaine plus tard, le redémarrage de Doetinchem sous l'égide de Shatho est une réalité. Renseignements pris, le nouveau propriétaire dit avoir aussi repris la rotative 72 pages de Roto Smeets Weert avec l'intention de la déménager à Doetinchem. On apprend début mai que Weert fermera définitivement ses portes le 31 mai. Une potentielle relance de Deventer tombe aussi à l'eau : 380 personnes de plus perdent leur emploi dans ce qui était la dernière imprimerie d'héliogravure des Pays-Bas.

Les plans de relance de Moderna Printing - alternative dont les travailleurs de Weert étaient aussi informés - portent, selon son directeur Eric Bongaerts, sur une "version allégée de Roto Smeets Weert". L'imprimerie belge a fait savoir fin février qu'elle investissait dans une nouvelle presse 80 pages. L'installation, prévue au printemps 2020, de cette Manroland Lithoman IV - 50 mètres de long sur 8 de large - rend nécessaire la construction d'un nouvel espace de stockage de 2 800 m² sur le site de Paal-Beringen. "Une décision est attendue sous peu concernant l'acquisition de deux lignes de gravure robotisées pour les plaques du nouveau format 80 pages, ainsi que le déploiement d'un flux de production prépresse. Le tout représente un investissement de 18 millions d'euros." Moderna Printing dispose actuellement de rotatives 16, 32 et 48 pages, ainsi que d'une presse feuille 70x100. Dans le communiqué de presse, Bongaerts déclarait ceci à propos de cet investissement : "Tout bien calculé, nous augmentons notre capacité de 38 %."

L'investissement dans la nouvelle presse 80 pages a-t-il joué un rôle dans ses plans de relance de Weert ? Bongaerts ne souhaite pas s'étendre sur la question. Il ajoute néanmoins, le 8 mai : "Une partie du personnel peut venir travailler chez nous à Paal-Beringen."