Non, le papier n'est pas aussi néfaste pour l'environnement que le plastique

08/10/18 à 10:10 - Mise à jour à 10:09

Le débat fait rage aux Pays-Bas sur la question de savoir si le remplacement des sacs de courses en plastique par des équivalents en papier constitue ou non une mesure efficace pour la protection de l'environnement. D'aucuns prétendent que ce ne serait pas le cas. " Fake news ! ", clame le Paper Chain Forum, qui aligne une fois encore les arguments en faveur du papier comme alternative durable.

Non, le papier n'est pas aussi néfaste pour l'environnement que le plastique

Extrait du communiqué de presse :

Ce ne serait pas le cas parce que le papier serait lui aussi néfaste pour l'environnement, disent certains " experts " d'organisations telles que la fondation néerlandaise Milieu Centraal, Greenpeace ou l'industrie du plastique. L'acharnement que met un certain milieu à diffuser des mythes sur le papier et le carton confine de plus en plus à la désinformation. Le papier et le carton peuvent en effet s'appuyer sur un certain nombre d'arguments solides et reposant sur des données factuelles, pour s'affirmer comme une alternative durable aux sacs et emballages en plastique.

Le papier ne détruit pas les forêts

La légende récurrente selon laquelle de nombreux hectares de forêts seraient abattus pour fabriquer le papier ou qu'il faudrait couper 2,2 millions d'arbres supplémentaires pour compenser la fin de la distribution de sacs plastiques est rigoureusement inexacte. La FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) a montré que les forêts européennes ont progressé de 45 000 km² sur les dix dernières années, soit la superficie de la Suisse. Le bois employé pour fabriquer le papier est en outre une ressource renouvelable, contrairement aux matières premières fossiles. Il est absurde de mettre sur le même pied l'impact environnemental du bois, ressource renouvelable, et celui du pétrole, matière première extractible finie. Les fibres de bois proviennent essentiellement de déchets de scieries et de sous-produits de la forêt. Les papiers et cartons utilisés dans notre pays sont en outre de plus en plus issus de forêts sous gestion durable et certifiées PEFC ou FSC.

Les vieux papiers sont une matière première et pas un déchet

Les fibres employées pour la fabrication du papier et du carton proviennent à 50 % de vieux papiers. Les Belges sont les champions européens de la collecte et du recyclage des papiers et cartons usagés. Ce n'est pas pour rien que l'industrie papetière est devenue pionnière de l'économie circulaire, qui préserve les ressources finies et dans laquelle les matières résiduelles sont intégralement réinjectées dans le système. S'il advient malgré tout qu'un papier ou un carton finisse malencontreusement dans la nature, il ne risque pas d'y subsister indéfiniment de par son caractère biodégradable. Et ce, contrairement au plastique, dont les résidus peuvent finir par se retrouver dans nos organismes, après avoir notamment transité par la " soupe de plastique " dans les océans.

Le papier stocke du CO2

Toute activité économique a inévitablement une empreinte écologique. Mais associer unilatéralement l'exploitation des forêts à une augmentation des émissions de CO2, c'est tronquer la vérité. Celle-ci est beaucoup plus complexe. Les arbres captent le CO2 atmosphérique, jouant ainsi leur rôle de puits de carbone. Lorsque le bois est exploité pour la fabrication de meubles, de charpentes, de papier ou de carton, le CO2 y reste emmagasiné et il ne se répand pas dans l'environnement. L'exploitation des forêts va en outre de pair avec leur régénération permanente. Des forêts en croissance absorbent davantage de CO2 que des bois non entretenus. Bref, la gestion active et durable de la forêt contribue à la lutte contre l'effet de serre.

Quiconque veut lancer un débat sur les facettes écologiques du papier et du carton par rapport au plastique, ou de tout autre produit issu de l'activité économique, doit s'abstenir de tout amalgame, respecter les arguments des deux parties et éviter de tomber dans la désinformation.

Le papier et le carton sont des produits d'avenir par excellence et ils représentent bien une alternative écologique au plastique. La filière du papier est pionnière de la bioéconomie et à 100 % circulaire. Elle utilise en outre une ressource renouvelable qui est le bois, et ses produits sont entièrement recyclables et biodégradables. Des propriétaires forestiers jusqu'aux consommateurs, elle contribue activement à la distribution d'un produit respectueux de l'environnement. Loin d'être destructrice pour l'environnement, elle est au contraire exemplaire d'une industrie durable tournée vers le futur.

À propos du Paper Chain Forum

Le Paper Chain Forum (PCF asbl) vise à informer mieux et correctement le grand public sur la relation entre le papier et l'environnement. Ce forum regroupe depuis 25 ans tous les acteurs de la filière du papier en Belgique : propriétaires forestiers, fabricants, importateurs, transformateurs et grossistes de papiers et cartons, industrie graphique, éditeurs de la presse écrite, entreprises de collecte et de récupération des vieux papiers et fournisseurs d'imprimés. Les membres du PCF et leurs entreprises emploient quelque 40 000 personnes en Belgique. Consultez également le site www.paperchainforum.org.