Voilà quarante ans, Karl Zünd s'est lancé dans la vente de traceurs de découpe à plat pour l'industrie graphique à une clientèle de revendeurs européens. Ayant connu un développement fulgurant, l'entreprise est aujourd'hui un acteur international de premier plan, spécialiste de la découpe du papier, du carton et de bien d'autres matières, comme le film plastique, le caoutchouc, le cuir, le feutre ou la toile.

Zünd sert différents marchés, comme ceux de la maroquinerie et de la transformation textile. Mais ses plus grands débouchés, elle les trouve dans les produits graphiques et les emballages. Rutger Jacobs, chargé de compte : "Dans notre salle de démonstration en Suisse, vous verrez aussi des matériaux caractéristiques de l'industrie automobile. Les clients graphiques nous demandent souvent si ce sont des applications difficiles. C'est effectivement le cas, mais les défis sont bien plus nombreux dans l'industrie graphique et l'emballage, où l'on utilise beaucoup plus de matériaux différents. Une entreprise graphique a besoin de flexibilité dans un environnement de haute technicité. Zünd y pourvoit."

Filiales

Sous la houlette d'Oliver Zünd, fils de Karl, Zünd a acquis des représentations dans le monde entier. Mais les activités principales, comme la R&D et la production, restent localisées en Suisse, où est produit l'ensemble des 1 200 machines annuelles. Zünd travaille depuis dix ans avec des filiales, dont certaines sont d'anciens distributeurs qui ont été rachetés. Le groupe en compte aujourd'hui douze dans le monde, à côté de tous ses partenariats. Elles assurent les ventes et l'après-vente. Didier Van Der Putte, chargé de compte chez Zünd Benelux : "Avant le rachat, notre entreprise était déjà service-partner de Zünd. On compte dans le monde quelque trois cents techniciens qualifiés, capables d'assembler les machines. Dont seize au Benelux."

Faire du profit avec une Zünd

L'innovation est un maître-mot pour Zünd, qui, en tant que partenaire, veille à toujours nouer des accords à long terme, explique Jacobs. "Avec une Zünd, vous êtes parti pour dix à vingt ans de production. Nos clients doivent pouvoir faire du profit avec leur Zünd, pour que nous puissions aussi gagner notre vie grâce à eux - et pas l'inverse."

Outre l'innovation, Zünd a aussi dans ses gènes le développement durable, poursuit Van Der Putte. "Le premier bâtiment suisse à répondre aux exigences strictes du label Minergie a été celui de Zünd. Il consomme extrêmement peu d'énergie. Karl Zünd est chargé de veiller aux objectifs de développement durable de l'entreprise : faible consommation d'énergie, longévité des machines et qualité d'emploi dans la région."

Il faut savoir que Zünd fabrique ses machines sur demande. Toutes les pièces proviennent du proche voisinage de l'usine, en Suisse, où elles sont contrôlées et livrées directement. Les coûts de transport sont donc faibles et il n'est pas nécessaire de constituer des stocks excessifs.

Nouvelle génération de Zünd

L'entreprise se concentre exclusivement sur les tables de découpe et tout ce qui tourne autour, comme les lames et tapis, les logiciels, les services et la formation. Jacobs : "Tout est lié aux machines. Nous ne vendons pas de matériaux, d'imprimantes ou de presses. Ce qui rend possible une spécialisation poussée. Les lignes sont courtes. Si quelqu'un décroche le téléphone chez nous, il pourra tout vous dire sur les machines de Zünd."

Depuis 2008, Zünd s'implique toujours plus dans les systèmes de découpe numérique. Des possibilités de fraisage ont été ajoutées et l'automatisation gagne également de plus en plus de terrain. Avec la robustesse, la polyvalence et la base d'innovations de cette troisième génération de machines, l'utilisateur peut compter sur de nombreuses années de production. Et la quatrième génération, Q-Line, est annoncée. Van der Putte : "Nous avons installé cette machine l'an dernier chez GBG, à Goes, aux Pays-Bas, qui a amélioré sa productivité grâce à son automatisation poussée et à sa polyvalence. Cette configuration est très complète. Mais il existe une solution pour chaque type d'entreprise. Le développement des tables de découpe de troisième génération - les S3, G3 et D3 - se poursuit normalement. De quoi nous permettre de servir n'importe quel segment de marché. Chaque entreprise peut trouver son bonheur avec une solution de Zünd."

Voilà quarante ans, Karl Zünd s'est lancé dans la vente de traceurs de découpe à plat pour l'industrie graphique à une clientèle de revendeurs européens. Ayant connu un développement fulgurant, l'entreprise est aujourd'hui un acteur international de premier plan, spécialiste de la découpe du papier, du carton et de bien d'autres matières, comme le film plastique, le caoutchouc, le cuir, le feutre ou la toile.Zünd sert différents marchés, comme ceux de la maroquinerie et de la transformation textile. Mais ses plus grands débouchés, elle les trouve dans les produits graphiques et les emballages. Rutger Jacobs, chargé de compte : "Dans notre salle de démonstration en Suisse, vous verrez aussi des matériaux caractéristiques de l'industrie automobile. Les clients graphiques nous demandent souvent si ce sont des applications difficiles. C'est effectivement le cas, mais les défis sont bien plus nombreux dans l'industrie graphique et l'emballage, où l'on utilise beaucoup plus de matériaux différents. Une entreprise graphique a besoin de flexibilité dans un environnement de haute technicité. Zünd y pourvoit."FilialesSous la houlette d'Oliver Zünd, fils de Karl, Zünd a acquis des représentations dans le monde entier. Mais les activités principales, comme la R&D et la production, restent localisées en Suisse, où est produit l'ensemble des 1 200 machines annuelles. Zünd travaille depuis dix ans avec des filiales, dont certaines sont d'anciens distributeurs qui ont été rachetés. Le groupe en compte aujourd'hui douze dans le monde, à côté de tous ses partenariats. Elles assurent les ventes et l'après-vente. Didier Van Der Putte, chargé de compte chez Zünd Benelux : "Avant le rachat, notre entreprise était déjà service-partner de Zünd. On compte dans le monde quelque trois cents techniciens qualifiés, capables d'assembler les machines. Dont seize au Benelux."Faire du profit avec une ZündL'innovation est un maître-mot pour Zünd, qui, en tant que partenaire, veille à toujours nouer des accords à long terme, explique Jacobs. "Avec une Zünd, vous êtes parti pour dix à vingt ans de production. Nos clients doivent pouvoir faire du profit avec leur Zünd, pour que nous puissions aussi gagner notre vie grâce à eux - et pas l'inverse."Outre l'innovation, Zünd a aussi dans ses gènes le développement durable, poursuit Van Der Putte. "Le premier bâtiment suisse à répondre aux exigences strictes du label Minergie a été celui de Zünd. Il consomme extrêmement peu d'énergie. Karl Zünd est chargé de veiller aux objectifs de développement durable de l'entreprise : faible consommation d'énergie, longévité des machines et qualité d'emploi dans la région."Il faut savoir que Zünd fabrique ses machines sur demande. Toutes les pièces proviennent du proche voisinage de l'usine, en Suisse, où elles sont contrôlées et livrées directement. Les coûts de transport sont donc faibles et il n'est pas nécessaire de constituer des stocks excessifs.Nouvelle génération de ZündL'entreprise se concentre exclusivement sur les tables de découpe et tout ce qui tourne autour, comme les lames et tapis, les logiciels, les services et la formation. Jacobs : "Tout est lié aux machines. Nous ne vendons pas de matériaux, d'imprimantes ou de presses. Ce qui rend possible une spécialisation poussée. Les lignes sont courtes. Si quelqu'un décroche le téléphone chez nous, il pourra tout vous dire sur les machines de Zünd."Depuis 2008, Zünd s'implique toujours plus dans les systèmes de découpe numérique. Des possibilités de fraisage ont été ajoutées et l'automatisation gagne également de plus en plus de terrain. Avec la robustesse, la polyvalence et la base d'innovations de cette troisième génération de machines, l'utilisateur peut compter sur de nombreuses années de production. Et la quatrième génération, Q-Line, est annoncée. Van der Putte : "Nous avons installé cette machine l'an dernier chez GBG, à Goes, aux Pays-Bas, qui a amélioré sa productivité grâce à son automatisation poussée et à sa polyvalence. Cette configuration est très complète. Mais il existe une solution pour chaque type d'entreprise. Le développement des tables de découpe de troisième génération - les S3, G3 et D3 - se poursuit normalement. De quoi nous permettre de servir n'importe quel segment de marché. Chaque entreprise peut trouver son bonheur avec une solution de Zünd."