Alors que l'industrie graphique mondiale se réunit à Düsseldorf, le papetier finlandais UPM tranche dans sa capacité de production de papier graphique en Allemagne. UPM Communication Papers projette de fermer définitivement son usine de papier journal de Hürth. La multinationale cotée en bourse veut aussi arrêter une machine à papier (la MP 3) chez Nordland Papier, à Dörpen, également en Allemagne.

Problème de surcapacité

"La mise en oeuvre de ces mesures, si elles sont prises, devrait entraîner une réduction annuelle de la capacité de production de 330 000 tonnes de papier journal et de 280 000 tonnes de papiers fins non couchés dans la gamme d'UPM", annonce l'entreprise dans un communiqué de presse. UPM souhaite arrêter la production d'ici la fin de l'année au plus tard. 345 emplois en tout sont en jeu pour les deux usines : 135 à Hürth et 210 à Dörpen. Avec sa capacité de production annuelle de 1,2 million de tonnes, la papeterie de Dörpen est l'une des plus grandes d'Europe. Elle emploie 1 150 personnes.

La demande de papier graphique continue de reculer, justifie UPM. "La baisse de la demande s'est encore accentuée en 2023 et un redressement durable n'est pas attendu, ce qui a entraîné une situation de surcapacité sur le marché", indique l'entreprise. Avec les interventions projetées, UPM compte économiser 45 millions d'euros en frais fixes sur base annuelle.

Alors que l'industrie graphique mondiale se réunit à Düsseldorf, le papetier finlandais UPM tranche dans sa capacité de production de papier graphique en Allemagne. UPM Communication Papers projette de fermer définitivement son usine de papier journal de Hürth. La multinationale cotée en bourse veut aussi arrêter une machine à papier (la MP 3) chez Nordland Papier, à Dörpen, également en Allemagne.Problème de surcapacité "La mise en oeuvre de ces mesures, si elles sont prises, devrait entraîner une réduction annuelle de la capacité de production de 330 000 tonnes de papier journal et de 280 000 tonnes de papiers fins non couchés dans la gamme d'UPM", annonce l'entreprise dans un communiqué de presse. UPM souhaite arrêter la production d'ici la fin de l'année au plus tard. 345 emplois en tout sont en jeu pour les deux usines : 135 à Hürth et 210 à Dörpen. Avec sa capacité de production annuelle de 1,2 million de tonnes, la papeterie de Dörpen est l'une des plus grandes d'Europe. Elle emploie 1 150 personnes. La demande de papier graphique continue de reculer, justifie UPM. "La baisse de la demande s'est encore accentuée en 2023 et un redressement durable n'est pas attendu, ce qui a entraîné une situation de surcapacité sur le marché", indique l'entreprise. Avec les interventions projetées, UPM compte économiser 45 millions d'euros en frais fixes sur base annuelle.