Depuis le mois de juillet, le Belge VPK Packaging et l'Allemand Klingele sont en négociations exclusives avec le groupe UPM en vue du rachat de l'usine. Dans l'attente d'un accord qui tarde à se concrétiser, UPM a mis en oeuvre le plan social prévoyant l'arrêt de la production de papiers couchés et le licenciement du personnel. Les installations vont être mises en état de sommeil et 250 travailleurs perdront leur emploi.

Si le rachat intervient, VPK et Klingele, associés dans le même projet, devraient convertir l'usine à la production de papiers d'emballage. Ils pourraient réembaucher 130 personnes.