Tout sur CMG

Les syndicats "furieux" sur Circle Media Group

Les représentants des syndicats européens réunis au sein de l'organisation faîtière UNI Europa Graphical se sont retrouvés la semaine dernière à Bruxelles pour discuter de la situation de crise chez Circle Media Group (CMG). Ils sont furieux sur l'évolution des évènements. Pendant ce temps, Corelio, dont CMG souhaite se défaire, dit envisager l'avenir avec confiance : " Les résultats de notre imprimerie sont encore et toujours positifs. "

CMG se démantèle après l'échec de sa stratégie de consolidation

Circle Media Group (CMG) entendait jouer les pionniers dans la consolidation jugée nécessaire de l'industrie graphique européenne. D'où le rachat au cours des trois dernières années d'une série d'imprimeries, dont Corelio, à Erpe-Mere. Mais aujourd'hui, le groupe doit s'en défaire : " Nous devons convenir que nous ne sommes plus en mesure de concrétiser notre ambition. "

La crise de CMG s'aggrave encore avec la faillite de Roto Smeets

Circle Media Group (CMG) ne semble pas en mesure de renverser la vapeur. Après la faillite d'Hélio Charleroi en début d'année, les trois imprimeries néerlandaises Roto Smeets de CMG ont été déclarées en liquidation judiciaire la semaine dernière. 800 emplois passent potentiellement à la trappe.

Circle Media Group vend déjà CPI

Voici à peine neuf mois, Circle Media Group (CMG) annonçait avoir renforcé ses activités européennes avec le rachat de l'imprimeur de livres CPI. Or le groupe annonce aujourd'hui s'être déjà séparé de l'entreprise, forte d'un chiffre d'affaires de 360 millions d'euros pour 2 500 salariés.

Circle Media Group inquiète les syndicats

Si rien n'est fait pour contrer les agissements de Circle Media Group (CMG), la fermeture d'Hélio Charleroi ne sera pas la dernière. Telle est la crainte exprimée par les syndicats graphiques européens. Ils redoutent que l'imprimerie Corelio à Erpe-Mere, incorporée par CMG l'an dernier, ne soit l'une des prochaines victimes. Dans une réaction, CMG a qualifié les arguments des syndicats " d'infondés, non étayés et néfastes pour les entreprises du groupe ".