Tout sur HP

Au 1er février, Koen Van Beneden prendra ses fonctions en tant que Managing Director de la filiale HP BeLux. Il succède à Dirk Slachmuylder, qui quitte l'entreprise mettant ainsi un terme à 30 ans de carrière dans le monde de l'informatique.

La Drupa 2020 débute dans cinq mois environ. Pas encore de véritables primeurs à se mettre sous la dent, mais tout de même assez pour nourrir une présélection. Un coup-d'oeil sur le plan d'occupation (provisoire) révèle des changements intéressants. Sortez donc des sentiers battus et adaptez votre itinéraire à travers les différents halls.

La saga Xerox-HP se poursuit. Xerox a d'ores et déjà sécurisé 24 milliards de dollars auprès de différentes banques en vue de financer l'acquisition, mais HP continue de snober une offre jugée sous-évaluée.

Signe d'un changement de mentalité ou greenwashing ? Les deux ? Jamais autant de slogans environnementaux n'auront déferlé sur Labelexpo qu'à l'édition 2019. Tour d'horizon des solutions que propose l'industrie de l'étiquette en faveur d'une production plus respectueuse de l'environnement et circulaire.

La 40e édition de Labelexpo Europe, plus grand évènement mondial de l'industrie de l'étiquette, a accueilli un total de 37 903 visiteurs. Ceux-ci sont venus fin septembre des quatre coins du monde dans le but de s'informer auprès des plus de 693 exposants répartis sur 9 Palais de Brussels Expo. Outre les étiquettes, les emballages souples, comme les poches et les sachets, occupent une place de plus en plus importante dans l'offre globale.

L'investisseur Carl Icahn (qui détient des parts dans les deux entreprises) a qualifié la proposition de rachat de HP par Xerox de " no-brainer ". Les pourparlers entre les deux parties se poursuivent malgré tout dans une atmosphère tendue. Xerox pose à présent un ultimatum et agite la menace d'une offre d'achat hostile.

Fespa se dit satisfaite de la fréquentation : " Sur la même ligne que les quelque 20 000 visiteurs uniques recensés à la Fespa de Berlin l'an dernier. " Ci-après un aperçu de l'offre de quelques-uns des principaux exposants, par ordre alphabétique.

L'impression numérique des étiquettes progresse lentement mais sûrement, disent les observateurs. Pour les emballages de boissons aussi. Principale raison : la production de petites séries revient moins cher en numérique, ce qui évite de devoir entretenir des stocks. Ces tirages plus courts sont eux-mêmes la résultante d'une variation plus fréquente et plus rapide du design graphique selon les moments, au fil des saisons ou en soutien d'actions promotionnelles.

Labelexpo Europe, grand-messe bisannuelle du secteur de l'étiquette, tient une nouvelle édition en 2019. Véritable baromètre, le salon fait l'inventaire des dernières nouveautés en matière de techniques, matériaux et applications. Le visiteur intéressé dispose de quatre jours pour s'informer sur le monde de l'étiquette, et par extension, celui de l'emballage. Ce qui suit est un aperçu succinct mais représentatif de ce que les exposants auront à montrer dans le domaine des techniques d'impression conventionnelles et numériques, mais aussi des logiciels et des outils d'automatisation.

Labelexpo est un salon complet qui présente tout ce qui tourne autour de l'étiquette. Les annonces de quelquesuns des producteurs le démontrent.

Spreadshirt.com, plateforme e-business internationale dédiée aux vêtements et accessoires personnalisés, va renouveler son parc d'imprimantes numériques pour pouvoir répondre à une demande croissante. Elle va aussi travailler pour des tiers.

Oneflow Systems, fournisseur britannique de solutions de flux de production dans le Cloud, fera bientôt partie intégrante d'HP.

Selon les chiffres d'HP, constructeur de presses, le marché de l'impression numérique est promis à une forte progression : de 13,2 milliards d'euros aujourd'hui à 20 milliards en 2022. L'un des principaux marchés de croissance est celui des emballages. Et en particulier ceux des produits pharma et healthcare. Dixit Marcel Martens, d'HP Indigo.

La croissance à deux chiffres du marché du textile imprimé en numérique - qui pèsera près de 5,5 milliards d'euros en 2023 selon une étude de Smithers Pira - n'a pas échappé non plus à HP. Le constructeur entend encore accélérer cette transformation avec la nouvelle série d'imprimantes à jet d'encre Stitch S.