Tout sur intergraf

La grande majorité du Parlement européen soutient le " droit à la déconnexion ". L'association faîtière de l'industrie graphique Intergraf pense qu'une éventuelle législation européenne en la matière peut avoir un effet positif pour l'imprimé.

L'agenda du développement durable de la Commission européenne est clair: il est temps d'agir. Pendant que le Pacte vert européen impose de nouvelles normes, l'industrie graphique fait déjà preuve d'initiatives pour un avenir respectueux de l'environnement.

"C'est maintenant ou jamais. Gagner ne suffit plus. Nous visons la Coupe", dit Alex Joos (Group Joos), quand on l'interroge sur les chances des Diables rouges à l'Euro. Et il transpose directement cette attitude au secteur graphique et à lui-même: "Tout entrepreneur doit avoir cette ambition, je pense."

L'association faîtière de l'industrie graphique Intergraf se réjouit que le Parlement européen ait voté en faveur d'un rapport demandant à la Commission de présenter un cadre juridique européen pour enrayer et inverser la déforestation mondiale provoquée par l'UE. " Nous soutenons l'appel du Parlement européen à élargir le champ d'application du Règlement européen dans le domaine du bois aux produits imprimés. "

Intergraf, l'organisation faîtière des fédérations graphiques nationales, pointe les lourdes conséquences du Covid-19 pour la branche et exhorte les autorités européennes à prêter l'oreille aux préoccupations du secteur.

À l'avant-veille de sa " Commercial Print Conference ", Intergraf a fêté ses 90 ans la semaine dernière à Bruxelles. Cees Verweij, président de la fédération faîtière de l'industrie graphique, a porté un toast à l'avenir : " Long live print ".

À l'entame d'une nouvelle décennie, le pessimisme n'est toujours pas de mise. De multiples études le démontrent : le marché de l'imprimé continue de regorger d'opportunités. Après des années 2010 plutôt turbulentes pour le marché graphique, la revalorisation de l'imprimé est un fait.

Avec l'entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne, l'environnement constitue l'un des thèmes majeurs des cinq prochaines années. Une série de mesures doivent faire de l'Europe le premier continent neutre pour le climat. L'industrie graphique sera, elle aussi, soumise à de nouvelles exigences, relève l'association faîtière Intergraf.

Le nombre d'entreprises graphiques en Europe a baissé de 15 % en dix ans (2006-2016), à 112 000. Sur la même période, le nombre de travailleurs occupés dans le secteur a reculé de 25 % (à 625 000), tandis que le chiffre d'affaires a chuté d'un quart, à 79,5 milliards d'euros. Ainsi peut-on lire dans le rapport annuel " Intergraf Economic Report " tout fraîchement paru.

L'industrie papetière et la branche graphique unissent leurs efforts au niveau européen dans le domaine du développement des connaissances et du recrutement de nouveaux talents. Ils cherchent des manières de s'assurer de la disponibilité de collaborateurs qualifiés pour l'avenir également.

La Commission européenne réfléchit actuellement à l'EU Ecolabel introduit en 2012 pour le papier imprimé. L'association faîtière Intergraf soutient les nouvelles propositions.

La semaine dernière a été marquée par le passage au Parlement européen de l'activiste climatique suédoise Greta Thunberg. On aurait pu croire qu'elle avait également fait un crochet par la " Packaging Conference " d'Intergraf, qui se tenait au même moment à Bruxelles. Les rapports tendus entre le développement durable et le plastique dans l'industrie de l'emballage formaient le thème incontournable de la journée

Cette semaine a vu la parution d'un livre électronique intitulé " Flexo Best Practice Tool Box 1.0 ". Ce nouveau guide est une manne d'expertise sur le procédé d'impression souvent complexe qu'est la flexographie, celle-ci y étant présentée sous un angle pratique, en texte et surtout en images (vidéo).

Au salon italien Print4All (29 mai-1er juin) à Milan, plus de 50 membres de la fédération européenne Intergraf et spécialistes issus de l'industrie graphique de 19 pays européens se sont rejoints pour discuter de l'Industrie 4.0 et du rôle des générations plus jeunes dans le futur secteur graphique.