Prolongement de la visite muséale, la boutique joue un rôle dans l'image de marque des musées et des expositions. C'est aussi un lieu de culture où les visiteurs peuvent y glaner des reproductions d'oeuvres d'art à petit prix. Entre les rayons librairie et papeterie des boutiques de musées, l'achalandage suit de près les attentes des visiteurs qui s'y arrêtent le plus souvent après une expo. "Notre assortiment est guidé par les goûts des clients", dit Koenraad Reynaert, responsable des deux boutiques des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, à savoir le Museum Shop et Magritte Shop. En témoigne aussi BAI, entreprise basée à Kontich, spécialisée dans l'édition et le merchandising de musées : "L'approvisionnement diffère d'un musée à l'autre en termes de quantité en fonction des attentes du public", dit la gérante Kathleen Borms. BAI est concessionnaire de quatre boutiques : le MAS Shop à Anvers, le Flanders Shop à Bruxelles, l'Antwerp Fly Shop et l'Africa Shop du Musée royal de l'Afrique centrale (MRAC) à Tervuren. "À Anvers, ville plus touristique, nous vendons beaucoup plus de cartes postales qu'à Tervuren par exemple, où les marque-pages et les affiches sont plus prisés. La tendance générale est que nous vendons de moins en moins de livres et plus de gadgets souvenirs à petit prix et objets déco". Aux musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, c'est un visiteur sur quatre qui fera un achat dans la boutique. Les parts de marché des sections librairie et papeterie sont approximativement équivalentes. "C'est 50 % de livres, 50 % de papeterie dans le chiffre d'affaires du Museum Shop", ...