La pub en question a été imprimée à l'aide d'encres comestibles sur une feuille de papier de riz, infusée de la " nouvelle formule " Fanta et encartée sous blister dans un magazine. Les lecteurs peuvent en déchirer un morceau et le mâcher : voilà qui n'est pas à la portée du premier iPad venu.

La publicité comestible, lancée à Dubaï, fait partie d'une campagne " multi-sensorielle " plus vaste, imaginée par l'agence Ogilvy. Elle comprend aussi des présentoirs en magasin, équipés de capteurs de mouvements qui interpellent les consommateurs par des messages audio et diffusent un parfum d'orange. Sur Facebook, les amateurs de Fanta peuvent aussi se lancer dans un concours de bruitage, en avalant le soda virtuel qui se présente sur leur écran et en s'enregistrant (burp !).