Le rachat de Ritrama par Fedrigoni s'inscrit dans le cadre d'une stratégie axée sur les papiers spéciaux pour emballages et étiquettes. Fedrigoni opère déjà sur le marché européen des étiquettes sensibles à la pression avec les marques Arconvert et Manter, destinées aux étiquettes de vin. Ritrama complète le portefeuille de Fedrigoni en apportant son expertise en tant que producteur d'étiquettes pour les marchés des produits pharmaceutiques, des boissons et des soins personnels. L'opération représente entre 250 et 300 millions d'euros, selon une source citée par Reuters. La famille Rink, fondatrice de Ritrama, conservera la propriété des activités nord-américaines de la société. Quant à la famille Fedrigoni, celle-ci détient toujours une participation de 10% dans le groupe après avoir vendu une part majoritaire à Bain Capital.

Basée à Vérone, Ritrama possède des usines en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni, au Chili et en Chine et emploie plus de 1200 personnes. La société italienne a réalisé un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros en 2018. Celui de Fedrigoni s'élève à 1,2 milliard d'euros.

L'accord sur Ritrama devrait être finalisé au premier trimestre de 2020. Rothschild était le conseiller financier de Fedrigoni, tandis que Tamburi Investment Partners conseillait Ritrama.