La survie des usines Arjowiggins encore incertaine

04/03/19 à 09:31 - Mise à jour à 09:31

Source: Nouvelles Graphiques

Cette semaine, plus précisément le 6 mars, le tribunal de Commerce de Nanterre devrait se prononcer sur la situation des trois usines de pâte et de papier d'Arjowiggins en France. La production est pratiquement à l'arrêt depuis que le placement en redressement judiciaire a été requis à la mi-janvier.

La survie des usines Arjowiggins encore incertaine

© .

Deux candidats intéressés se sont manifestés en vue d'une reprise et d'une relance (partielles) de l'activité des papeteries de Bessé-sur-Braye et du Bourray, ainsi que de l'usine Greenfield de Château-Thierry. Avec ses 150 000 tonnes de production annuelle, cette dernière est le principal fabricant de pâte à papier recyclée de haute qualité en Europe. Du fait des problèmes, le marché connaît actuellement une pénurie de qualités de papier recyclées. L'usine ne produit plus actuellement que sur une échelle limitée.

Un seul candidat à la reprise reste en lice, selon ce que l'on peut lire dans la presse française. Il s'agirait de THLF, société de Terje Haglund et Lars-Owe Forsberg. Haglund, entrepreneur norvégien bien connu dans le monde papetier, était impliqué à la fin de l'année dernière dans la reprise de la papeterie Zanders, tombée en faillite. Plus tôt en 2018, il avait relancé l'ancienne usine Idem Paper à Virginal-Samme sous le nom de Virginal Paper.