Arjowiggins Security avait été vendue en 2018 à un fonds d'investissements germano-suisse, qui n'est pas parvenu à sauver l'entreprise. La fermeture de l'usine, qui fabriquait du papier sécurisé pour des documents officiels, s'est ainsi soldée par la perte de 220 emplois. La semaine dernière, le syndicaliste Patrice Schaafs a expliqué au quotidien Le Parisien quels étaient les plans visant à lui insuffler une nouvelle vie. Dans la nouvelle coopérative à créer, les travailleurs seraient les actionnaires majoritaires, mais le capital est également ouvert à d'autres parties. Elle commencerait, dans un premier temps, sur une échelle réduite, avec environ 70 travailleurs. Elle entend en outre miser sur une approche écologique, en utilisant du chanvre local comme matière première.