L'incertitude sur le marché mondial, alimentée notamment par le différend commercial entre les États-Unis et la Chine, mais aussi la menace toujours présente du Brexit, obligent Heidelberg à faire preuve de prudence dans ses prévisions : "Les entreprises hésitent à investir dans les nouvelles technologies. Ce qui nous amène à revoir à la baisse nos prévisions concernant la percée de l'impression numérique." Les ventes d'équipements de façonnage risquent elles aussi de décevoir, l'autorité de concurrence allemande ayant mis son veto au rachat de MBO. Il apparaît d'ores et déjà que le total des ventes pour les trois premiers mois de 2019 est inférieur à celui de la même période de l'année dernière. En positif, on note la demande croissante du modèle d'abonnements "all-in" introduit par Heidelberg, qui peut déjà compter sur 30 nouveaux contrats pour 2018/2019. Le CEO Hundsdörfer reste convaincu "qu'en dépit du frein mis à la croissance", le potentiel de marché de la digitalisation de l'industrie et de l'impression numérique des emballages est plus grand que jamais.