Hélio Charleroi victime des conditions de marché

28/01/19 à 10:14 - Mise à jour à 10:12

Hélio Charleroi à Fleurus, seule imprimerie d'héliogravure de Belgique, a annoncé son intention de faire aveu de faillite. L'imprimerie qui emploie 180 personnes fait partie du groupe international Circle Media Group. Celui-ci a qualifié la décision " d'inévitable eu égard aux conditions de marché actuelles ".

Hélio Charleroi victime des conditions de marché

La direction a informé le conseil d'entreprise d'Hélio de ses intentions ce vendredi matin. Comme elle l'a expliqué dans son communiqué, le secteur européen de l'imprimerie est depuis plusieurs années en permanente restructuration en raison d'une baisse continue des volumes d'impression. " Ce recul a mené à une surcapacité structurelle et à une concurrence meurtrière sur les prix, conduisant à des réorganisations, fermetures et faillites partout en Europe. La disponibilité réduite du papier a encore accéléré cette spirale négative en 2018, et la forte augmentation des prix du papier qui est allée de pair n'a pas pu être répercutée sur le client. "

Une nouvelle réduction substantielle des volumes et la perte de commandes dans le marché de détail en 2018 ont engendré une situation intenable pour Hélio Charleroi, a encore ajouté la direction de l'entreprise. Une fois acté le dépôt de bilan d'Hélio Charleroi S.A., il reste au tribunal de l'entreprise à déclarer la faillite et à nommer un ou plusieurs curateurs.

Hélio Charleroi avait été fondée en 1988 dans le cadre d'un partenariat 50/50 entre Dupuis et le groupe britannique Maxwell. En 2001, l'imprimerie hélio a été intégrée dans QWE, la branche européenne de la multinationale canadienne Quebecor World. En 2006, deux presses d'héliogravure de 4,32 mètres de large à la pointe de la technique ont été installées chez Hélio.

En 2008, QWE est tombée aux mains des investisseurs néerlandais de HHBV, qui l'ont rebaptisée CirclePrinters. Début 2017, CirclePrinters a fusionné avec le groupe néerlandais Roto Smeet pour conforter ses ambitions de consolidation au sein du secteur. En 2018, ce fut au tour de Corelio Printing d'être absorbée, suivie par CPI et plus tard encore par l'Allemand Körner Druck. Le groupe a entre-temps changé de nom, pour s'appeler désormais Circle Media Group. Fin 2018, il employait 5 000 personnes et générait un chiffre d'affaires de 900 millions d'euros.